RDC: Ces hommages de la ministre des affaires étrangères à la diplomate Joséphine Kinzeka Bibi

La ministre d'Etat , des affaires étrangères s'inclinant devant la dépouille Joséphine Kinzeka Zinga Bibi, première Conseillère d'ambassade de la RDC en Guinée Conakry,

Ecouter cette information

La ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a rendu hommage, vendredi à l’ hôpital du Cinquantenaire de Kinshasa, à Mme Joséphine Kinzeka Zinga Bibi, première Conseillère d’ambassade de la RDC en Guinée Conakry, décédée en juin dernier dans son lieu d’affectation.

La cheffe de la diplomatie congolaise a déposé sa gerbe des fleurs sur le cercueil de la dépouille de la défunte en présence des plusieurs cadres et agents de son ministère.

Joséphine Kinzeka était décédée
au mois de juin à Conakry. Pour raison de confinement dues à la pandémie à covid-19, sa dépouille a été rapatriée à Kinshasa le mardi 13 octobre.

Ancienne du Lycée BOLINGANI des Sœurs
Franciscaines de Kinshasa, la défunte poursuivit ses études supérieures en
Secrétariat de direction à Bruxelles.

Mariée à un ancien aviateur de la Force Aérienne Zaïroise, Léonard Wamara, décédé en 1991,
elle a exercé les
fonctions d’enseignante au Lycée BOLINGANI (son école formatrice)
pendant 3 ans avant d’œuvrer comme Fonctionnaire de l’Etat congolais
au Ministère des Affaires Etrangères. Elle finira sa carrière comme
Première Conseillère d’Ambassade de la RDC en Guinée-Conakry.

Suite à une courte maladie, elle a rendu l’âme en date du mardi 23 juin 2020 à l’âge de 71 ans. Sa dépouille est restée bloquée à Conakry pendant plus de 3 mois à cause du confinement.

Fervente chrétienne de l’Eglise « Cité de Refuge »,
les personnes qui ont vécu à ses côtés reconnaissent en elle une grandeur de cœur, une générosité, une sympathie, une
empathie et autres traits sociaux incommensurables.
” Elle était très accueillante, unificatrice et pacificatrice hors
pairs. Elle n’avait jamais toléré qu’autour d’elle gravite
un nécessiteux qui manque de quoi manger sans qu’elle ne lui vienne en
aide…”, a vivement témoigné Georges Sumbuso, lors de son oraison funèbre, ajoutant que les études pour tous les WAMARA, ainsi que pour ses
neveux et nièces étaient sa principale préoccupation.

Election-net/ cellule de communication MINAFET