RDC : Ces "cartes Visa" au coeur de la polémique

Visa card. Illustration

L'alerte est sonnée par l'animateur de l'émission "Bosolo Na Politik" très en vogue à Kinshasa et à travers le pays grâce aux réseaux sociaux. "Cartes Visa", en réalité, le nom n'est pas nouveau pour les utilisateurs du réseau bancaire congolais, ce dispositif mis en place par les banques commerciales qui permet de retirer de liquidité à travers le monde est au coeur de l'actualité congolaise depuis 24 heures. Des rumeurs ont commencé à circuler depuis les premières heures de la matinée de ce vendredi, 04 juin mettant en cause des proches de l'ancien président Joseph Kabila Kabila qui auraient abusivement utilisé ces puces électroniques pour se faire gracieusement payer de l'argent pour le compte du trésor public sans aucune forme de procès.

Au centre de ce que certains médias qualifient de "scandale", d'anciens ministres dont la majorité sont membres du Front Commun pour le Congo, Emmanuel Shadary, Aubin Minaku (Ancien président de l'Assemblée nationale), Sele Yalaghuli, Guillaume Manjolo, Barnabé Kikaya Bin Karubi et bien tant d'autres qui se seraient payés jusqu'à 50.000$ mensuels grâce à cette pratique "légale" mais méconnue du grand public.

Alors que la toile s'enflamme avec également une note de dénonciation de l'IGF au Ministre des Finances sur le même sujet, du côté des accusés silence radio jusqu'à la sortie d'une "tribune anonyme", largement partagée dans les réseaux sociaux et les médias numériques. Dans ce document, l'auteur se défend en alléguant, que la pratique est bel et bien régulière et qu'elle est de coutume dans tous les États du monde.

Dans ce qui pourrait être considéré quelques heures plus tard comme étant la mise au point de l'ancien ministre des Finances José Sele Yalaghuli grâce à la citation reprise par le site d'information 7sur7cd, l'intéressé souligne que les ministres des Affaires étrangères et des Finances sont les principaux bénéficiaires de cette carte grâce à leur statut des répondants du pays à l'extérieur, le premier sur des questions politiques tandis que le second pour des questions financières hormis le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo

"Au pays, c'est une tradition qui remonte à l'indépendance", affirme-t-il avant de révéler que la ministre des Affaires étrangères (Marie Tumba Zenza) et le ministre de la Coopération (Guillaume Manjolo) étaient les deux plus grands utilisateurs" de ces cartes dès par leurs intenses activités diplomatiques. Dans sa défense, il affirme que le "ministre des Finances" a eu recours à cette carte à deux reprises" avant d'affirmer que " la carte de l'ancien ministre des Finances est même resté (e) avec une solde que la Rawbank a reversé à la BCC".

D'après d'autres sources concordantes contactées par election-net.com, l'Inspection générale des finances qui s'était plongée dans le dossier avait saisi le ministre des Finances, Nicolas Kazadi pour solliciter l'annulation de ces cartes.

Ce dernier a, quant à lui, saisi le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo, Deogracias Mutombo le 31 Mai dernier pour obtenir la désactivation du dispositif à travers les banques commerciales. Ce qui serait fait.

Pour l'heure, ni l'IGF moins encore d'autres instances ne communiquent sur la somme indûment perçues par les détenteurs de ces cartes ou encore l'objectif des investigations menées jusqu'à présent.

José-Junior Owawa