RDC-CENI : La Lucha Rdc-Afrique joue la carte de la paix face aux confessions religieuses

Quelques militants du mouvement citoyen lutte pour le changement (LUCHA) dans les rues de Goma, au Nord-Kivu, ce mardi 30 juin 2020©prince B./ENET

Après avoir finalisé depuis la semaine dernière ses consultations avec les confessions religieuses et les personnalités impliquées dans le processus de désignation de nouveaux animateurs à la tête de la commission électorale nationale indépendante CENI, le mouvement citoyen Lucha Rdc-Afrique, sort de son silence sur l'entérinement de Ronsard MALONDA, comme président de la CCENI

Dans une déclaration consultée par election-net.com ce mardi 7 juillet 2020, ce mouvement citoyen dit avoir constaté une mauvaise foi et un sens de rigidité dans le chef de certaines confessions religieuses.

Cependant, il souligne que ces confessions religieuses ont fait preuve d’échec à la mission leur confiée par la loi et surtout à la confiance leur placée par le peuple congolais par manque de large consensus dans cet exercice, ce qui remet leur sagesse et crédibilité en cause «…par la persistance de leurs différends qui étaient couverts des motivations politiques et quelques parts tribales au lieu des intérêts supérieurs de la Nation, l’exercice démocratique de vote les avaient départagés », on peut lire dans cette déclaration.

Ainsi, ce mouvement citoyen dans son rôle de lutte pour le bien-être du peuple, appelle toutes confessions religieuses à agir pour la paix et la cohésion nationale et de ne pas allumer la flamme des guerres et d’instabilité des institutions du pays, ce qui fragilisera les petites avancées démocratiques observées sous un grand sacrifice de lutte et dont les Mouvements Citoyens et la jeunesse en sont des victimes principales.

«Les confessions religieuse doivent avoir l’esprit sportif celui d’assumer les retombées démocratiques et de trouver toutes voies possibles pour aplanir les divergences sur leur choix afin de trouver un consensus », insiste t-il.

Enfin, il demande à tous les activistes des mouvements citoyens et soldats de la démocratie, de demeurer neutre et ne pas céder aux appels politiques tendant à manifester au service des individus et dont au finish le peuple en général et la jeunesse reste dans la misère.

« La LUCHA rappelle aux activistes que le pilier de notre lutte qui demeure le bien-être social du peuple et non le quota et positionnement politique de tel ou tel autre plateforme politique.
Revenons aux prescrits de la charte de lutte pour un Congo nouveaux surtout attention aux infiltrés et manipulateurs », a t-il chuté

Prince Bagheni, à Goma