RDC/ CENI : Félix Tshisekedi justifie son refus d'accéder à l'invitation de la CENCO et l'ECC

Félix Tshisekedi, Président de la RDC/Photo tiers

Dans une interview vendredi à la Voix de l'Amérique (VOA), Félix Tshisekedi président de la République démocratique du Congo est revenu sur sa position dans le déroulement du processus électoral. Il a affirmé qu’il ne veut pas s’ingérer dans ce processus de peur qu'il soit qualifié de partisan.

Il a justifié qu’il a refusé de recevoir l’Eglise catholique et l’Eglise protestante qui demandaient de le voir pour tenter de débloquer le processus de désignation des membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui est au point mort. Il déclare,

« je les ai rencontrées mais j'ai refusé leur invitation, vous imaginez il y a six contre deux, quelle position puis-je prendre là dedans ? Si je dis Ok, on retire comme disent les deux confessions religieuses qui sont minoritaires, les six autres confessions religieuses le prendraient très mal, si on impose parce qu’il y a six contre deux, les deux autres le prendront mal, ce n'est pas une affaire des politiques, c'est une affaire, je l'ai redis encore des confessions religieuses. Donc ce n'est pas mon affaire », a t-il lors de cette interview.

Le Président de la RDC dit avoir vérifié les allégations des pressions que certains de ses proches mettraient sur les chefs religieux afin qu’ils désignent un candidat à la tête de la CENI, mais n’a rien constaté de tel. Il dit espérer qu'il y aura la solution au sein de la plateforme des confessions religieuses.

« Vous savez déjà, avant cela, on citait à tort des conseillers autour de moi qui auraient influencé, menacé celui-là, je checkais autour de moi, je n'ai rien vu de tel. J'ai demandé des preuves, des noms, je n'ai rien entendu, donc je préfère ne pas me mouiller dans ces affaires là, c'est très dangereux, c'est très délicat, nous avons à faire à des hommes sérieux, d'expériences qui, je suppose aiment leur pays comme moi je l'aime, j'espère qu'ils trouveront la solution », a martelé Félix Tshisekedi.

Six des huit confessions religieuses qui ont la charge de désigner le candidat président de la CENI sont déjà convenues sur la personne de Denis Kadima. La CENCO et l'ECC insistent sur l’intégrité, la probité et le courage exceptionnel du remplaçant de Corneille Nangaa de proclamer les résultats des urnes. Ces deux confessions religieuses demandent de rencontrer le Président de la République pour lui faire part de leur préoccupation. Ce que Tshisekedi vient d’affirmer avoir refusé.

Chris Lumbu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *