RDC/ CENI : Constant Mutamba préconise le dialogue avant la promulgation de la nouvelle loi

Constant Mutamba, mandataire minier et des carrières ©photo de tiers.

Le président du regroupement politique, Nouvelle Génération pour l'Émergence du Congo, (NOGEC), Constant Mutamba Tungunga maintient son opposition à la nouvelle loi électorale transmise au chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo par le parlement pour promulgation.

En effet, dans un entretien ce samedi, 03 juillet avec election-net.com, le chef de fil de ce regroupement politique membre du FCC, (Front Commun pour le Congo) reproche à cette prochaine loi son caractère ségrégationniste car ayant été analysée de manière "cavalière" par les élus nationaux qui n'ont pas tenu compte des "forces politiques extra parlementaires" dont son regroupement ou encore Lamuka aille Fayulu-Muzito.

À l'initiative des consultations de la classe politique depuis quelques jours, Constant Mutamba dit rechercher un consensus de la classe politique et sociale autour de l'intérêt supérieur de la nation dans une République Démocratique du Congo qu'il considère très divisée par des positionnements politiques ou idéologiques parfois basés sur des "intérêts personnels".

Dans son collimateur, l'hégémonie de l'union sacrée de la nation du chef de l'État, qui dit il, a concocté une loi taillée sur mesure animée par le seul soucis de "se faire réélire"

"L'objectif de nos consultations est d'atteindre un plus grand nombre possible des acteurs politiques ayant un rôle à jouer dans le pays afin de chercher à obtenir un sursaut patriotique en vue de sauver le pays", a-t-il indiqué.

Il estime que la situation de la gouvernance politique actuelle dans le pays nécessite un dialogue franc entre les congolais qui doivent se réconcilier d'abord entre eux et en suite avec les ancêtres.

Ce dialogue dont il a pris soin de préciser, à ne pas confondre avec les précédents, devra aider les différents acteurs à trouver un consensus autour du processus électoral mais aussi autour de la situation politique en général afin de permettre au peuple congolais de goûter effectivement les retombées de l'alternance politique au sommet de l'État.

L'unité nationale; le dialogue permanent; le consensus électoral, autant d'objectifs qu'il estime être à même de pouvoir débloquer la situation du pays avant la tenue des élections pour éviter la répétition des épisodes chaotiques qui ont émaillé les trois précédents scrutins.

Concernant le retard que cela pourrait entraîner dans le respect du calendrier, Constant Mutamba Tungunga pense qu'il n'est jamais trop tard pour mieux faire d'où sa demande au chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de pouvoir reporter la promulgation de la loi sur sa table afin de rechercher ce consensus.

Il faut rappeler que cette proposition de loi sur la Commission Électorale Nationale Indépendante votée par le parlement avait été transmise au chef de l'État qui l'avait à son tour transmise à la Cour Constitutionnelle pour examen approfondi. Après l'avis favorable de cette dernière, le document devra être promulgué par le Président de la République dans les jours avenir.

Alors que la classe politique et sociale se montre divisée autour de la question, le président de l'Assemblée nationale, Christophe Mboso N'kodia avait prévenu que la signature du texte par le chef de l'État était l'ultime condition avant de passer au lancement des autres étapes importantes pour la mise en place des instances dirigeantes de la CENI appelées à organiser le prochain scrutin.

José-Junior Owawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *