RDC-CENI : cette vérité qui fait très mal à Moïse Katumbi

Moise KATUMBI. Ph de tiers.

La lettre ouverte du président d’Ensemble pour le Changement, Moïse Katumbi adressée au Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, lui demandant de ne pas entériner par ordonnance les nouveaux membres de la CENI entérinés par l'Assemblée nationale, continue à susciter des réactions.

Pour le parti politique du Chef de l’Etat, Moïse Katumbi n’est pas fâché contre Kadima, mais plutôt parce qu’il n’a pas obtenu le poste de premier vice-président du bureau de la CENI qu’il cherchait, tout en lui appelant à dire la vérité.

« Ce que Monsieur Moïse Katumbi fait, c’est du chantage (…) il ne peut pas diriger les gens sur les mensonges. Monsieur Moïse Katumbi, avait dépêché sa délégation ici, Olivier Kamitatu et Salomon, le vendredi 03 septembre pour négocier le poste de Premier vice-président du bureau de la CENI, voilà le message ! [Nous nous ne sommes pas contre Kadima, mais à seule condition que le poste de Premier vice-président puisse nous revenir] », a révélé le secrétaire général de l’UDPS à Top Congo le vendredi 22 octobre tout en prenant à témoin le président de l'Assemblée nationale et le président de la commission paritaire.

On lui avait dit, poursuit celui Augustin Kabuya, : « vous n’avez que 70 députés, s’il y a les gens qui peuvent prendre ce poste, c’est sont les gens du FCC/Union sacrée, ils ont plus des députés que toi, on ne peut pas te donner ce poste. »

En réaction du côté du parti de l’ancien gouverneur du Katanga, par le biais de son secrétaire, Dieudonné Bolenge, son parti dénonce au-delà de la frustration, les irrégularités qui ont caractérisées l’entérinement des nouveaux membres du bureau de la CENI.

Jean-Paul Tshimanga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *