RDC-CENI : André Mbata prédit " le glissement"

André Mbata, Ph. Enet

Le député national et président de la commission Politique administrative et juridique de l’assemblée nationale, André Mbata Mangu s'indigne face à la position de plusieurs acteurs politiques de l'opposition, des acteurs de la société civile ainsi que les mouvements citoyens contre la mise en place de nouveaux membres de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

D'après lui, il n'y a aucun argument rationnel qui peut bloquer à ce stade la désignation des membres du bureau de la CENI. Il qualifie ce comportement d'une "manipulation politicienne" et note que, la loi organique avait été adoptée pres qu'à l’unanimité des membres des deux chambres du parlement avant d’être certifiée conforme à la constitution par la cour constitutionnelle et promulguée par le Président de la République.

« Sauf surenchère ou manipulation politicienne, il n'y a aucun argument rationnel contre la mise en place de la CENI. La loi organique avait été adoptée pres qu'à l'unanimité des membres des deux chambres du parlement avant d'être certifiée conforme à la constitution par la cour constitutionnelle et promulguée par le président de la République", dit-il dans un message consulté ce jeudi 11 août par la rédaction election-net-com.

Selon lui," s'opposer à son application ou simplement chercher à la retarder constitue un acte de haute trahison contre la République et contre notre peuple qui tient aux élections libres et transparentes dans le délai constitutionnel », a dénoncé le professeur Mbata avant de pointer du doigt la société civile dont les confessions religieuses, les mouvements citoyens ainsi que certains responsables politiques de la majorité et de l'opposition qui sont à la base du blocage.

« Les auteurs en porteront seuls la responsabilité devant Dieu, la nation et l'histoire. Il est déplorable et même scandaleux que des membres de la société civile, y compris certaines confessions religieuses et certains mouvements dits citoyens ainsi que certains responsables politiques de la majorité et de l'opposition qui avaient voté la loi sur la CENI après avoir conclu un accord solennel sur le partage des responsabilités au sein de son bureau, recourent aux manœuvres et aux prétextes de tout genre et oeuvrent activement pour le glissement qu'ils prétendent pourtant combattre en plein jour à travers de nombreuses déclarations et autres manifestations publiques », conclut-il.

Joël Mesa Nzuzi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *