RDC-Angola: João Lourenço,«un réconciliateur» pour apaiser des tensions entre Tshisekedi-Kabila ?

Félix Tshisekedi (à gauche), le président congolais, et João Lourenço, son homologue angolais, le 5 janvier. © Présidence

Alors que les négociations entre le président Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila, tous membres d'une même coalition au pouvoir, patinent, le Gouvernement américain semble vouloir faire de João Lourenço, président angolais un médiateur entre les deux personnalités politiques de la coalition FCC-CACH . João Lourenço peut-il vraiment avoir un impact ? La lettre du continent fait le point sur ce dossier.

Discret sur l’escalade des tensions entre le FCC et CACH ces derniers mois, l'Angola va désormais jouer un rôle important pour mettre un terme au conflit interne entre les deux personnalités.

Selon l'esprit de la lettre, l'étape de Kinshasa figurait bien sur le programme de la tournée qu'effectue Mike Pompeo en Afrique depuis le 14 février dernier. Et dès janvier, le président congolais connaissait ce programme sur l'annonce de la visite du secrétaire d'État américain Mike Pompeo le 17 février 2020 à Kinshasa.


Une visite avortée à la dernière minute , principalement parce que Mike Pompeo ne voulait pas arriver en pleine tensions entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila, justifiées par les multiples interpellations des proches de l'ancien président notamment Albert Yuma, Ramazani Shadary et récemment Kalev Mutond, ancien administrateur général de l'ANR.


Il y a aussi et surtout l'affaire des sanctions contre les proches de Kabila dont Dan Getler qui serait l'un de puissant levier pour inciter Kabila à négocier. Ce dernier aurait même mandaté l'avocat de Donald Trump en personne, Alan Dershowitz pour négocier avec le trésor américain en vue de la levée des sanctions contre ses avoirs et entreprises afin qu'il puisse toucher ses 128 millions d'euros prêtés à la Gecamines.

Une affaire qui est à la base de la mise en accusation des plusieurs responsables de la Gécamines dont Albert Yuma. Sur ce, l'envoyé special des USA pour la region des grands lacs, Peter Pham, a été chargé pour inciter les deux hommes à un compromis.

Pourquoi cette tâche a t-elle été donnée au président angolais ?

Le choix de João Lourenço pour mener la médiation entre Félix Tshisekedi et l'ex président Joseph Kabila n'est pas hasardeux. Le fait que Lourenço mène une conciliation entre l'Ouganda et le Rwanda, cette option amène le secrétaire d'État américain à penser qu'il est l'une des rares personnalités écoutées par le camp de Joseph Kabila. Et, c'est en effet lui, étant ministre de la défense, qui avait supervisé le soutien militaire de Luanda au régime de Joseph Kabila pendant qu'il était encore président, rapporte la lettre du continent .

Rédaction