RDC: À l’approche des élections de 2023 ''les conditions de sécurité dans l'est deviennent de plus en plus difficiles'', affirme la Représentante des USA

Linda Thomas-Greenfield / Getty Images

Près de cinq mois après la formation d’un Gouvernement de l'« Union sacrée » souhaitée par le président Felix Tshisekedi, la République Démocratique du Congo continue de faire face à des défis sécuritaires et de développement considérables, sur fond des violences à l’approche d’échéances électorales en 2023, a constaté, mardi 5 octobre, l’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield représentante des États-Unis à l’ONU.

Pour cette dernière, en dépit de cette terrible violence qui sévit à l'est, les États-Unis se sont engagés à faire en sorte que la MONUSCO dispose de tous les outils dont elle a besoin pour sa mission. Car, dit-elle ''la MONUSCO a un rôle précieux à jouer dans la protection des civils, et elle doit prendre ce rôle au sérieux''.

À elle d'ajouter ''elle joue également un rôle précieux dans la stabilisation des institutions de l'État et la promotion de la gouvernance clé et de la réforme du secteur de la sécurité. Chacun de ces objectifs est particulièrement important alors que la RDC approche des élections de 2023 et que les conditions de sécurité dans l'est deviennent de plus en plus difficiles.

Mme Linda a exhorté la mission onusienne de continuer à collaborer avec le gouvernement de la RDC sur un retrait progressif et conditionnel dans un avenir proche.

Nelly E,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *