RDC : 169 filles violées et engrossées dans le territoire de Lubero (Rapport)

Illustration

Dans un rapport publier mercredi 23 juin 2021 par l'ONG Speed Rdc, 169 enfants dont l'âge varie entre 13 et 17 ans ont été violées dans une période d'une année allant de juin 2020 au mois de juin 2021 dans la province du Nord-Kivu précisément dans le territoire de Lubero.

Selon le rapport de l'ONG Speed Rdc, ces violences sexuelles ont été enregistrées dans plusieurs agglomérations du territoire de Lubero notamment à Kasugho, Kagheri, Lukanga ainsi que Lubero centre. Plus de la moitié de présumés auteurs de ces violences sexuelles sont identifiés sans être inquiété par la justice congolaise alerte l'ONG Speed Rdc.

De son côté, le coordinateur de l'ONG Speed Rdc Robert Kakulé Madirisha informe l'opinion nationale qu'internationale que les victimes de ces violences sexuelles sont vulnérables et manquent de tout. 95 d'entre les filles violées sont actuellement enceintes et 74 allaitent leurs bébés.

" Nous avons recensé 169 filles violées dans le territoire de Lubero, les victimes sont abandonnées à leur triste sort. Parmi les 169 filles enregistrées, une a 13 ans, 5 ont 14 ans, 28 ont 15 ans, 63 ont 16 ans et 68 ont l'âge de 17 ans", a-t-il dit avant d'ajouter que "il est inacceptable que 95 enfants soient enceinte et 74 entrain d'allaiter. Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités", a-t-il conclu.

Par ailleurs, les enquêtes menées par l'ONG Speed Rdc indiquent que les présumés auteurs de ces violences sexuelles sont pour la plupart les jeunes garçons désoeuvrés qui ne vont plus à l'école et qui ont glissé dans la délinquance et qu'ils sont âgés généralement de 16 et 25 ans.

Notez que la République démocratique du Congo étant frappée de plein fouet par la Covid-19, avec toutes ces conséquences notamment le confinement, a conduit les jeunes à l'oisiveté et au manque d'informations crédibles sur la sexualité dans les ménages. L'insuffisance de débats sur la sexualité dans les structures des jeunes et l'ignorance du cycle menstruel sont entre autres facteurs qui ont augmenté le taux de violence sexuelle et les grossesses précoces, renseigne l'ONG Speed Rdc dans son rapport.

Patrick Ombale