Rapport Mapping: Roger Lumbala, la première victime ?

Roger Lumbala, président du RCD-N/ photo tiers

Alors qu'il séjournait en France pour des raisons de santé, le président du rassemblement congolais pour la Démocratie nationaliste RCD/N , Roger Lumbala, a été arrêté ce week-end à Paris par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité.

L'ancien chef rebelle du M23, passé également par le RCD  est soupçonné dans les massacres de civils, viols, torture, cannibalisme et de pillages vers les années 2002.

Pour la justice française , Le président de la base de la République est poursuivi pour formation  d'un groupement en vue de la préparation de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes contre l’humanité».

Quand ont sait que Les Nations unies avaient rendu  public un rapport dit Mapping répertoriant les violences de l'est de la RDC entre 1993 et 2003 ,dans le but de poursuivre   trois objectifs entre autres : dresser l’inventaire des violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises sur le territoire de la RDC entre mars 1993 et juin 2003 ;évaluer les moyens dont dispose le système national de justice pour donner la suite voulue aux violations des droits de l’homme qui seraient ainsi découvertes ;élaborer, compte tenu des efforts que continuent de déployer les autorités de la RDC ainsi que du soutien de la communauté internationale, une série de formules envisageables pour aider le Gouvernement de la RDC à identifier les mécanismes appropriés de justice transitionnelle permettant de traiter les suites de ces violations en matière de vérité, de justice, de réparations et de réforme. Et voulu par  le Docteur Denis Mukwege.

En dépit des plusieurs menaces qui pèsent sur le directeur de l'hôpital de Panzi qui a même échappé à plusieurs assassinats.  Denis Mukwege a toujours salué l'arrivée à la tête du pays d'un président qui a les mains propres par rapport à certaines exactions et en a demandé à la population de soutenir le chef de l'État actuel pour unejustice transitionnelle et distributives  pour tous les crimes commis  en République Démocratique du Congo.

Patrick Félix Abely