Promotion des investissements en RDC: l'ANAPI ouvre ses portes au public pour plus de visibilité.

La deuxième édition des journées portes ouvertes de l'Agence nationale pour la promotion des investissements  a débutée ce jeudi 9 mai à Kinshasa au siège de l'ANAPI. Cette deuxième édition a pour thème : " Ensemble construisons la RDC ".

Au cours de cette première journée, les opportunités et les avantages d'investir en RDC ont été présenté par le directeur général de l'agence nationale pour la promotion des investissements  (ANAPI), Antony Nkinzo Kamole.

 L' objectif majeur de ces journées portes ouvertes, est la vulgarisation des réformes effectués par le gouvernement congolais, l'ANAPI et ses partenaires, pour l'amélioration du climat des affaires en République démocratique du Congo.

"Ces journées portes ouvertes, que nous espérons s'ériger en tradition d'année en année, se focalise particulièrement sur la communication autour des réformes mises en place pour assainir le climat des affaires ", a déclaré Antony Nkinzo Kamole, directeur général de l'ANAPI.

Sur ces réformes, un accent particulier est mis sur les indicateurs du Doing Business (la manière de faire pour améliorer le climat des affaires), qui sont évalués par la Banque mondiale. Plusieurs réformes mis en oeuvre ont été présenté en marge de cette première journée.

Il s'agit notamment de la réforme sur le coût de la création d'une Entreprise, qui est passée de 120 dollars à 80 dollars. Et la réforme sur les procédures de l'obtention du permis de construire, qui passent de 4 à 3.

Interrogé par Election-net.com, le directeur général du guichet unique de création d'entreprise, Amisi Eyate, a confirmé que la création d'une société coûte 80 dollars américains et celle d'un établissement 30 dollars américains.

"Que tous ceux qui n'ont encore de numéro d'identification nationale, viennent créer leurs entreprises afin d'en avoir", a-t-il lancé.

Les journées portes ouvertes sont organisées du 9 au 11 au mai au siège de l'agence nationale pour la promotion des investissements.

 

Olivier Kalume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *