Processus électoral en RDC: des réunions prévues sur question à New York annulées!

Par ailleurs, les réunions de haut niveau sur la RDC prévues en marge de la présente session de l’AG de l’ONU ont été annulées. La confirmation en a été donnée à la presse par Barnabé Kikaya Bin Karubi, Conseiller diplomatique principal du Chef de l’Etat.

 « Nous avons été informés en dernière minute de la tenue de deux réunions par note verbale », a annoncé Kikaya. S’agissant de la première réunion, il a expliqué : « La première devrait avoir lieu le 27 septembre et serait dirigée par Said Djinnit, envoyé spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour la région des Grands Lacs, et un ambassadeur allemand sur la région des Grands Lacs. Nous savons bien quand on parle de l’Afrique centrale, c’est d’abord de la RDC. Nous étions premiers sur la liste des invités ». Justifiant le refus de la délégation congolaise d’y prendre part, le Conseiller du Chef de l’Etat a déclaré : « Nous avons décliné cette invitation pour la simple raison que nous ne connaissions pas les termes de référence de la réunion, encore moins les objectifs. Aller dans une telle réunion pieds et poings liés, sans en savoir les objectifs, c’est de l’amateurisme et le gouvernement congolais ne travaille pas comme un gouvernement amateur ».

 Quant à la seconde réunion, Kikaya Bin Karubi a fait savoir qu’elle « devrait avoir lieu le 28 septembre et, cette fois-ci, c’était une réunion ministérielle de haut niveau sur la RDC. Etaient invités à cette réunion, plusieurs pays qui s’intéressent à la RDC (ainsi que), la CIRGL, la SADC, l’UA, l’ONU. Encore une fois, sans connaître les termes de référence d’une telle réunion, il nous est impossible d’y participer de manière positive et même effective. Le gouvernement a décidé de ne pas y aller ». Et les annulations intervinrent : « Eux-mêmes se sont rendus compte de l’erreur qu’ils ont commise en n’associant pas la RDC dans la préparation de cette réunion. En ne nous associant pas, ils se sont tiré une balle dans le pied. Ils ont annulé les deux réunions ».

 Pour autant, la RDC demeure ouverte aux discussions la concernant et le Conseiller Kikaya l’assure : «  Le Congo n’est pas fermé. Si les organisations comme l’ONU pensent qu’une telle réunion est nécessaire et qu’elles nous associent dans la préparation de la réunion, nous sommes disposés à discuter avec elles ». Il précise, cependant, que ces initiatives devront tenir compte du fait que le processus électoral est sur le rail, que le gouvernement a décidé de financer ces élections tout seul et que les décaissements se font. De ce fait, conclura-t-il, « il n’y a pas péril en la demeure pour organiser des réunions à l’extérieur du pays qui parleraient de la RDC. Avec les décisions prises au pays de remettre au Congo sa souveraineté, je pense que le Congo n’est pas ce grand malade autour duquel doivent se retrouver plusieurs médecins ».

Election-net/ Congovirtuel