Primature: la démission de Tshibala refusée par Tshisekedi !

Trois mois après son installation à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC), le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo peine à se trouver un Chef du gouvernement.

Minoritaire au parlement national, le Chef de l'État congolais à la tête d'une coalition politique Cap pour le Changement (Cach) devra composer avec son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange chef de file du Front Commun pour le Congo(FCC).

Après plus de trois rencontres depuis le 25 janvier dernier, date de la remise et reprise au palais de la nation, les deux hommes se seraient mis d'accord sur le profil du futur premier ministre.

Pour un  habitué du palais, il s'agit d'un short liste comprenant notamment les noms de l'ancien conseiller spécial en matière sécuritaire de Joseph Kabila, Jean Mbuyu, de l'actuel ministre des finances, Henri Yav voire celui d'un autre Henri (Mova), tous  Katangais, espace géographique du prédécesseur de Félix Antoine Tshisekedi. Selon la constitution congolaise, la nomination d'un premier ministre ne devra se faire qu'après la démission du Chef du gouvernement en fonction. 

Des sources concordantes à la primature congolaise, le Chef du gouvernement national, Bruno Tshibala avait bel et bien remis sa lettre de démission au président de la République « juste pendant la période où les médias en parlait» ( fin avril), nous fait savoir l'entourage de Bruno Tshibala. 

Pour lui, « la consigne a été donnée au personnel de la présidence pour que cela ne soit connue de personne jusqu'à ce que le Chef de l'État aurait pris acte.» Confronté à l'intransigeance de son nouvel allié le FCC, opposé à des concessions majeures dans la répartition des portes feuilles ministériels, « Félix Tshisekedi ne pouvait pas encore accepter la démission de Bruno Tshibala au risque de bloquer la machine étatique, notamment dans la nomination de certains responsables publics dans des portes nécessitant la signature du premier Ministre», croit savoir ce cadre de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social(UDPS).

En dernière minute, les négociations entre les deux parties dans la répartition des portes seraient avancées. Des signaux positifs prélude à la nomination du premier Ministre et donc, de la formation du gouvernement.

José-Junior Owawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *