Présidence de la République: qui doit nommer au sein de l'aviation présidentielle?

La guerre a commencée depuis le 04 mai dernier entre le Directeur de cabinet du Chef de l'État congolais, Félix Antoine Tshisekedi et l'Assistant logistique de ce dernier est loin d'avoir dit son dernier mot.

En effet, alors que Vital Kamerhe sommait, il y a peu ce cadre du service privé du nouveau président congolais de lui fournir des explications au sujet de la nomination  d'un Directeur des opérations au sein de l'aviation présidentielle, Jean-Paul Mulumba, lui a préféré  rappeler au patron de l'Administration présidentielle les motivations de sa décision.

Dans une correspondance de trois pages non signée adressée à Vital Kamerhe dont Election-net.com a pu consulté,  Jean-Paul Mulumba démonte un après l'autre, les arguments du Directeur de cabinet du Chef de l'État congolais qui estime que l'intéressé a pu posé un acte illégal en « usurpation des pouvoirs dévolus au président de la République» via sa décision de nommer un Directeur  des opérations de l'aviation présidentielle.

Pour ce proche de Félix Antoine Tshisekedi, Vital Kamerhe a commis une erreur d'appréciation en qualifiant « de faute lourde aux conséquences administratives et pénales» sa décision de nomination. 

« La nomination aux fonctions susvisées à laquelle vous faites allusion dans votre lettre précitée (ordonnance numéro 15/073 du 16 septembre 2015) ne concerne nullement la désignation d'un Directeur des opérations de l'aviation présidentielle mais plutôt entre autres de l'Assistant logistique sortant spécialement à son article premier point C», s'emploit-il à rappeler au Directeur de cabinet du président avant de trancher :« ce qui démontre que vous êtes sans ignorer que l'aviation présidentielle est un service soumis à l'autorité de l'Assistant logistique du Chef de l'État.»

Jean-Paul Mulumba justifie sa décision par le « soucis de respecter la réglementation dans le domaine de l'aviation qui veut que tous les exploitants aériens, y compris l'Aviation présidentielle doivent nommer un professionnel de l'aviation à ce poste» avant de louer les qualités professionnelles du personnage nommé à ce poste. « La personne nommée à ce poste, pilote de son état, est un professionnel de l'aviation dont la longue carrière ainsi que des bons et loyaux services rendus à la nation via l'aviation présidentielle nous a semblé être la personne idoine à qui nous pouvions confier cette charge», se justifie l'Assistant logistique de Félix Antoine Tshisekedi. « Je n'ai commis aucune faute de quelle que nature que ce soit, étant donné que l'acte par moi posé relève de ma compétence», fait-il remarquer avec autorité. Jean-Paul Mulumba rappelle également à Vital Kamerhe leur derniers échanges au cours des quels, il a affirme avoir discuté avec le Directeur de cabinet du Chef de l'État de la nécessité de l'organisation de ce service du reste dépendant de Félix Antoine Tshisekedi lui-même. 

« Lors d'un des nos échanges sur la question de l'aviation présidentielle dans votre office, je vous ai dit avoir reçu des instructions claires sur ce sujet de la part du Chef de l'État, qui me lu en copie. Et ce, conformément aux dispositions de l'article 23 de la décision numéro 09/002 du 20 janvier 2009 portant organisation et fonctionnement des collègues des conseillers et des services personnels du Chef de l'État ainsi que de tous les autres services du cabinet du président de la République qui dispose que : Les membres des services personnels sont à la disposition exclusive du Chef de l'État et accomplissent toutes les missions que le président de la République leur confie. Ils rendent compte de leurs missions directement au président de la République ou au Directeur de cabinet du président de la République sur instruction personnelle du Chef de l'État», martèle Jean-Paul Mulumba.

Et donc pour l'Assistant logistique du Président, l'illégalité ainsi que l'usurpation des pouvoirs décriées par Vital Kamerhe sont plutôt l'oeuvre de son prédécesseur. « L'illégalité et l'usurpation des pouvoirs sont plutôt cristallisées dans le Chef de l'Assistant logistique sortant, qui profitant de cet état des choses le moins confus causé par le défaut de la remise et reprise continue à poser des actes à ce titre aux vus et sus de tous, en toute illégalité sans que personne ne lui demande une quelconque explication», se lamente  Jean-Paul Mutumba.                                 

La Rédaction

 

Lire aussi: Exclusif, présidence de la république une nommimation au sein de l'aviation présidentielle divise le personnel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *