Nord-Kivu : Un député provincial appelle deux groupes armés d'arrêter avec les hostilités à Walikale

Le député provincial Prince Kihangi, élu de Walikale. Photo Enet/Prince B

Le député provincial Prince Kihangi a dans un communiqué de presse consulté par Election-net.com ce dimanche 3 janvier 2021 demandé aux deux groupes armés NDC-Rénové et FPP/AP d'arrêter immédiatement les hostilités dans le groupe Ikobo en territoire de Walikale au Nord-Kivu.

Pour cet élu, cette cessation des hostilités de ces deux groupes précités vont permettre aux déplacés de retourner dans leurs milieux respectifs.

Et à tous les groupes armés locaux dont les deux précédemment cités, actifs dans le Walikale et sur toute l'étendue de la province du Nord-Kivu de bien vouloir accepter de rompre avec leur activisme et de répondre à l'appel de paix lancé par le chef de l'État.

Cependant, cet élu de Walikale s'est montré compatissant avec ces populations et a saisi l'occasion pour demander aux forces armées de la république démocratique du Congo (FARDC) de bien vouloir se déployer dans région en nombre suffisant pour assurer la sécurité de la population exposée à la mort et d'y imposer l'autorité de l'État.

''J'invite la mission des Nations-Unies pour la stabilisation de la RDC, (MONUSCO) à bien vouloir renforcer la protection des populations civiles dans la région'', a-t-il déclaré.

Enfin, Prince Kihangi a demandé au gouvernement congolais de mettre en œuvre, sans plus tarder, le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion communautaire (DDRC) en vue de sauver les vies humaines menacées de mort et de s'occuper des ex-combattants qui répondront volontairement à l'appel du chef de l'État.

En rappel, c'est depuis la nuit du 30 décembre 2020 que des affrontements qui mettent aux prises les éléments des groupes armés Nduma Defense Of Congo Rénové (NDC-Rénové) de Guidon Shimiray et le Front Patriotique pour la paix/Armée du peuple (FPP/AP) de Kabido, sont signalés dans le groupement Ikobo, secteur des Wanyanga en territoire de Walikale.

Il sied de noter que ces conflits armés contraignent les habitants à quitter leurs maisons et à vider peu à peu leurs villages. Les premières estimations révèlent que près de 10.000 ménage seraient en errance.

Prince Bagheni, à Goma