Nord-Kivu : la société civile de Nyiragongo prédit “l’échec” d’une mission parlementaire en vue dans la région

Les députés nationaux en mission au Nord-Kivu. Photo Enet/Prince B

La société civile forces vives de Nyiragongo a, dans un communiqué consulté par election-net.com ce samedi 24 avril 2021, anticipé la mise en cause des résultats qui sortiront des enquêtes menées par 9 députés nationaux dans la question des échauffourées survenues à Buhene, et à Goma du 11 au 13 avril 2021.

Selon Mambo Kawaya président de la société civile forces vives de Nyiragongo qui signe ce communiqué, certaines personnes auraient peur de donner de bonnes informations auprès de la dite commission dont certains membres n’inspirent pas confiance qui, d’après lui se permettent de divulguer ces informations reçues de la part des consultés, ce qui exposerait ces derniers aux menaces.

Il a indiqué par ailleurs, que certains membres au lieu de se limiter dans l’acquisition des informations s’en donnaient à réagir pour contenir et désorienter l’opinion de certains consultés, tout en précisant que certains membres de cette commission feraient partie des problèmes qui gangrènent l’entité.

En outre, cette structure citoyenne souligne qu’il y a des membres dans cette commission craignant d’être démasqués et dénoncés sur leur degré de participation, qui influenceraient ladite commission pour empêcher la participation d’autres structures à l’instar des communautés et la société civile pour recueillir des vraies informations par rapport à la recrudescence de l’insécurité, la problématique foncière, le conflit coutumier à tous les niveaux, le conflit de leadership entre politiciens, ainsi que la porosité de la frontière Congolo-rwandaise, en territoire de Nyiragongo.

Enfin, la société civile forces vives de Nyiragongo a plaidé qu’il y ait une commission mixte indépendante et neutre qui tiendra compte tous les aspects et qui prendra au sérieux tous les enjeux du milieu en vue d’une solution durable. Tout en appelant l’autorité provinciale d’organiser urgemment un dialogue social regroupant toutes les sensibilités du territoire de Nyiragongo pour une solution locale communautaire.

Prince Bagheni, à Goma