Nord-Kivu : la lutte contre la corruption a-t-elle connu des avancées ?

Rostand Kahongya, auditeur principal de l'OBLC. Photo Enet/Prince B.

La corruption étant un mal qui ronge le développement de plusieurs sociétés, certains décideurs avertis mobilisent les efforts orientés dans le sens de la combattre. Et ce pour chercher à maximiser les recettes dans le trésor public.

Le mercredi 4 novembre 2020, à Goma au Nord-Kivu, une matinée de sensibilisation des gouvernants sur la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption a été organisée sous le leadership du gouvernement provincial, l'office de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption (OBLC), en partenariat avec le programme des Nations Unies pour le développement.

Rostand Kahongya, auditeur principal de l'OBLC a précisé, à l'issue de cette matinée, que la corruption existe au Nord-Kivu et ce en différents degrés selon les entreprises.

Revenant au passé, il a souligné qu'une étude a été menée où les services publics de l'Etat était classés par ordre de corruptibilité et un rapport a été produit, précise t-il.

''[…], il y des services dans lesquelles la corruption existe à 100 %, d'autres à 80 %, 70 % et partout au Nord-Kivu, cela est documenté. Pour ce qui est de l'état de lieu, il existe un rapport scientifique qui démontre que la corruption existe dans notre chère province'', a dit Rostand Kahongya.

Cependant, il a souligné qu'il y a la corruption en milieux universitaires, et dans les transactions fiscales où l'on soustrait les assujettis les redevables d'impôts à leurs obligations fiscales seulement parce que l'on a été soudoyé.

Et d'ajouter que lors d'un payement des différentes taxes dues à la province, il existe également une corruption, tout en précisant que les actes de corruption sont plus fréquents dans le processus de payement des impôts.

En outre, il a noté que la loi sur la corruption a été intelligente, parce qu'elle érige certains comportements du fisc en corruption seulement parce qu'elle sous entends que si le fisc s'en donne à tel acte, ce qui signifie qu'il a été soudoyé.

Enfin, il a indiqué que grâce à cette matinée les gouvernants ont été conscientisés, comme ce sont eux qui constituent le sommet de la province. Entre autre, les ministres provinciaux, les députés, les responsables des services de sécurité. Et ce pour qu'ils puissent s'approprier la lutte contre la corruption.

Prince Bagheni, à Goma