Nord-Kivu/État de siège : l'administrateur militaire de Lubero accusé d'imposer une nouvelle taxe aux exploitants miniers

Colonel Donat Mandonga, administrateur militaire du territoire de Lubero. Photo Enet/Prince B

L'administrateur militaire du territoire de Lubero au Nord-Kivu, Donat Mandonga, est accusé d'avoir instauré plusieurs taxes dans cette juridiction qui n'existaient pas avant l'État de siège.

Le député provincial Promesse Matofali Yonama, élu de Butembo au Nord-Kivu qui livre cette information sur son compte Twitter consulté par election-net.com ce mercredi, précise que la nouvelle taxe avec carnet dénommé fiche de renseignement des exploitants miniers avec mention « État de siège », créée par le précité, s'élève à 2000 dollars pour toutes les coopératives et associations.

Cet élu de Butembo dénonce cette attitude de l'administrateur militaire. Car, selon lui, ''une entité territoriale déconcentrée ne peut en aucun cas créer des taxes''.

Il sied de noter que depuis sa sixième prorogation, l'état de siège n'est rencontre presque plus l'assentiment de la population. Nombreux, sont des observateurs qui estiment que cet état de siège devrait être circonscrit seulement à des zones secouées par l'activisme des groupes armés, notamment Beni au Nord-Kivu et Irumu en Ituri.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *