Nord-Kivu: Dieudonné Kavese inspecte le site qui pourra abriter la ZES de Musienene

Dieudonné Kavese, directeur de cabinet du ministre de l'industrie Julien Paluku. Ph cellcom Min Ind.z

Inspecter l'espace qui pourra abriter la Zone Économique Spéciale de Musienene dans le territoire de Lubero (Nord-Kivu), c'est l'objet de l'arrivée ce dimanche 8 Novembre à Butembo d'une délégation du ministère congolais de l'industrie, conduite par Jean Dieudonné Kavese, directeur de cabinet du ministre Julien Paluku Kahongya.

Accueillie à l'aérodrome de Rughenda par le maire Sylvain Mbusa Kanyamanda, cette délégation est composée notamment de Auguy Bolanda, chargé des missions de l'Agence des Zones Economiques Spéciales(AZES), Thomas Maketa, représentant de l'organisation des Nations Unies pour le développement industriel(ONUDI) et du député national Benezeth Musafiri, élu du territoire de Lubero.

Pour Jean Dieudonné Kaseve, directeur de cabinet du ministre de l’Industrie qui est à la tête de cette délégation, seule l’industrialisation de l’économie de la partie Est de la RDC, pourra mettre fin aux conflits armés.

"C’est l’industrie qui va chasser l’insécurité. Si nous arrivons rapidement à mettre en place cette zone économique spéciale, vous verrez que ça va repousser l’insécurité de là où elle venue », a-t-il indiqué.

Auguy Bolanda, chargé de mission de l’Agence des zones économiques spéciales ( AZES) est revenu sur l'importance d'une Zone économique spéciale.

« Une zone économique spéciale est un espace dans un territoire. Et dans cet espace, le gouvernement décide de donner certains avantages pour que les entreprises qui opèrent puissent travailler dans les meilleures conditions par rapport à d’autres endroits situés dans le pays. L’objectif de la création de ces ZES, c’est d’attirer les investissements, créer les emplois et améliorer les conditions de vie dans une région. Les EZS ont été voulues justement parce qu’il y a des problèmes au Congo. Les ZES font partie des réformes entamées depuis 2001. En 2009, le comité de pilotage a été mis en place ainsi que le cadre réglementaire. On a aujourd’hui des avantages qu’on va accorder aux entreprises. Nous avons appris que dans le Nord-Kivu, il y a un dynamisme avec la présence de l’énergie et des opérateurs économiques qui ont cette volonté de créer des richesses. Nous sommes là pour accompagner le projet », a expliqué le chargé de la mission de l'AZES.

Quant à Thomas Maketa, représentant de l’organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) son institution joue le rôle d’accompagnement dans le processus de création des ZES mais aussi d’ « amplifier l’impact des ZES en encourageant l’initiative privée qui existe déjà ».

Liévin LUZOLO