Nord-Kivu : des concepteurs des programmes scolaires formés par l'UNESCO à Goma

Au total 70 inspecteurs et concepteurs des programmes scolaires ont été formés à Goma au Nord-Kivu par l'UNESCO sur la conception des programmes efficaces. Et ce, pour arriver à réduire les comportements à risque chez les jeunes.

Jolie Masika Bahati, représentante de l'UNESCO en matière des genres et éducationa souligné à l'opinion qu'il a été question de réfléchir sur les thématiques transversales comme les violences basées sur le genre, les droits humains, l'handicap, le VIH Sida qui, selon elle, ne sont pas suffisamment intégrées dans le programme scolaire en République démocratique du Congo.

''[…], nous avons fait une formation de trois jours à l'intention des inspecteurs chargés de la formation continue des enseignants, mais aussi des concepteurs des programmes scolaires'', a-t-elle déclaré.

Et de poursuivre :

''[…], Cette formation consistait à renforcer leur capacité pour qu'ils soient à mesure d'intégrer ces thématiques non seulement dans le programme scolaire, mais aussi dans les enseignements au niveau primaire et secondaire'', a-t-elle indiqué.

En outre, Jolie Masika Bahati a rappelé que le gouvernement de la République a un programme de renforcement de capacité des enseignants, ''l'UNESCO comme d'autres partenaires viennent en appui pour accompagner ce programme'', précise-t-elle en indiquant que l'absence de cet enseignement sur les jeunes a plus d'une conséquence notamment le banditisme, le taux élevé de cas de VIH, etc.

''[…], Si les jeunes ne sont pas informés, nous risquons d'hypotequer leur avenir. Plus nous leur donnons les informations, le taux par rapport à l'âge du premier rapport sexuel, recule, Grâce à ces matières, les jeunes peuvent se garder vierges ou chastes jusqu'à même 18 ans, ce qui est un avantage pour le pays'',a-t-elle précisé.

Enfin, elle a demandé à ces inspecteurs participants à cette formation de ne pas seulement attendre l'UNESCO ou un autre partenaire pour continuer à former, qu'ils soient à mesure, eux-mêmes de faire une restitution et qu'ils intègrent ces notions dans leurs activités de tous les jours.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *