Nord-Kivu : Ces raisons qui expliquent le regain d'insécurité à Goma

Rond point Instigo en ville de Goma. ElectionNet. ©Prince B.

Quelques heures après l'assassinat d'un opérateur économique à Goma au Nord-Kivu ce lundi 3novembre 2020, la société civile de la ville touristique réagit et souligne que les assassinats ciblés signalés ces jours ont des raisons déjà connues.

Marrion Ngavho président de cette structure, souligne que toutes les tueries ciblées sont souvent liées aux conflits terriers, à la megestion du programme désarmement, démobilisation et réinsertion des démobilisés.

Par ailleurs, cet acteur de la société civile souligne qu'il y a d'autres tueries qui sont une émanation de ciblage des civils par rapport à leurs activités quotidiennes.

''Il suffit de vendre les minerais, il suffit de recevoir sa tontine ici, à Goma et vous serez visités par des bandits'', a-t-il indiqué.

Cependant, la société civile demande à la population de rester vigilante et de surveiller ses mouvements, également finaliser ses dossiers.

''[..] Il y a beaucoup des conflits terriers qui font que beaucoup de personnes soient tuées, et d'autres sont mises en prison'', a dit Marrion Ngavho.

En outre, il a demandé à toutes les institutions en charge de la gestion de la terre d'étudier tous ces dossiers. Et ce, pour prévenir les assassinats dans la capitale du Nord-Kivu.

Enfin, Marrion Ngavho a plaidé pour qu'il y ait contrôle d'armes et munitions, et également faire l'identification de ceux-là qui détiennent des armes dans leurs maisons.

Et d'ajouter que tous les officiers militaires policiers qui ont perduré dans la ville touristique soient permutés, et ce pour qu'il y ait des nouvelles troupes pouvant traquer tous ces bandits qui endeuillent la ville de Goma.

Prince Bagheni, à Goma