Nord-Kivu : 5 communautés dénoncent ''l'inefficacité'' des FARDC et de la MONUSCO

Illustration. Getty Image/ Wandimoyi

Dans une déclaration rendue public ce lundi 4 octobre 2021 dont une copie est parvenue à Election-net.com, les communautés Nande, M'vuba, Talinga, Bila, Bapakombe de la province du Nord-Kivu victimes de massacres perpétrés par l'ennemi depuis octobre 2014 ont interpellé les autorités et leur ont donné certaines recommandations.

Réunies à Butembo au Nord-Kivu le samedi 2 octobre en vue d'évaluer la situation des massacres et les menaces auxquelles, elles demeurent victimes depuis 7 ans, ces communautés sous la conduite de Kambale Kaviti Herman président de la Communauté Nande au Nord-Kivu, ont avancé certaines observations.

Celles-ci ont indiqué qu'il y a circulation des fausses informations sciemment entretenues autour de l'identité du tueur, l'existence d'un plan qui viserait à opposer les communautés victimes des massacres les unes contre les autres.

Il a été rapporté par ailleurs dans ce communiqué qu'il existerait un plan visant, si pas l'extinction, si non la dispersion des populations autochtones en vue de leur remplacement par des populations d'expression Kinyarwanda, tout en dénonçant l'inefficacité des FARDC et de la MONUSCO du fait que les massacres des populations perdurent encore.

En outre, ces communautés victimes des massacres ont recommandé à l'état congolais de tout faire pour donner l'identité exacte des égorgeurs afin d'éviter le flou délibérément entretenu, de repenser complètement sa stratégie de lutte contre les égorgeurs ''parce que son armée a manifestement montré ses limites sept ans durant''.

Enfin, ces communautés exigent qu'il y ait contrôle des déplacements des personnes sur son territoire notamment celles qui se nomment BANYABWISHA.

Prince Bagheni, à Goma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *