Nord-Kivu : 4 civils tués par des hommes armés à Kiwanja

Les populations fuyent leurs villages à cause des combats entre les FARDC et les groupes rebelles à Sake au Nord-Kivu le 30 avril 2012. © MONUSCO/Sylvain Liechti

Ecouter cette information

Quatre (4) civils dont deux femmes et deux enfants ont été tués la nuit du mardi à ce mercredi 16 septembre 2020, par des hommes armés à Mabungo, dans la cité de Kiwanja, territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

Selon la société civile, forces vives de Kiwanja, qui livre cette information à election-net.com, ces assaillants ont fait irruption dans les maisons de ces victimes et les ont abattu avant de se volatiliser dans la nature.

Jonas Pandasi, président de cette structure citoyenne, souligne que ces assaillants n’ont rien à emporter après avoir commis ce forfait. Tout en indiquant que les activités se poursuivent normalement dans cette commune rurale de Kiwanja, après ce énième cas de tueries.

A lire aussi:  Nord-Kivu : 2 morts et 6 blessés lors d'une attaque des ''hommes armés'' dans la périphérie des sites miniers à Masisi

En outre, cet acteur de la société civile a souligné que la population est déçue avec le nouveau régiment qui est basé à Kahunga, qui selon lui, n’intervient pas chaque fois qu’il est alerté sur un mouvement suspect dans la cité…

”Franchement, on est déçu, ça faisait longtemps depuis que l’on a alerté concernant la présence de bandits armés aux périphéries de l’agglomération surtout vers la direction où ces incidents ont été enregistrés et rien n’a été fait par l’armée”, a-t-il regretté.

A lire aussi:  Nord-Kivu: La LUCHA Rdc-Afrique dénonce l'augmentation des frais de participation à l'Exetat

Enfin, il a appelé le commandement militaire à passer à la permutation de ce régiment qui selon lui, n’est pas en train de produire les résultats escomptés.

Et à la population de garder son calme, tout en dénonçant tous les mouvements suspects, et se désolidariser avec les groupes rebelles.

Prince Bagheni à Goma