Nicolas Kazadi à Kisangani : les raisons d’un déplacement à forts enjeux

Nicolas Kazadi, Ministre des finances en RDC.

Le Ministre National des Finances est à Kisangani, chef-lieu de la Province de la Tshopo, depuis ce vendredi pour lancer la mise en place d'un logiciel d'informatisation des recettes publiques au niveau des provinces.

Il l'a fait savoir ce vendredi 01 octobre 2021 dès son arrivée à l'aéroport international de Bangboka en provenance de Kinshasa, la capitale.

Crédit Photo : Pompom B./ENET

" Le logiciel s'appelle Isys-régies. Et depuis que nous l'avons mis en place, les recettes publiques s'améliorent et s'accroissent. Il était donc question que nous le déployions dans différentes grandes villes du pays ainsi que des provinces. Et la campagne de la mise en place de ce logiciel à l'intérieur du pays commence par la ville de Kisangani" a indiqué le ministre national des Finances, Nicolas Kazadi.

Rappelons qu'au cours de la conférence des ministres tenue le vendredi 18 juin 2021, le Ministre des Finances avait éclairé la lanterne des membres du gouvernement sur les multiples stratégies mises en place pour d’une part, renflouer les caisses de l’Etat, et d’autre part, faire face aux multiples attentes de la population congolaise.

Au cours de cette conférence des ministres , le patron des finances congolaises avait relevé le fait que les recettes réalisées au 15 juin 2021 équivalent à environ 2,359 milliards USD et sont largement supérieures à celles réalisées au cours de cinq dernières années pour la même période, où elles étaient inférieures à 1,5 milliards, sauf en 2018 où elles ont avoisiné 2 milliards.

Parmi les facteurs qui expliquent cette hausse des recettes,Nicolas Kazadi avait évoqué l’environnement politique qui redonne progressivement confiance aux contribuables, le logiciel Isys-régies lancé depuis le 1er Janvier 2021 qui a automatisé le processus des encaissements des recettes de l’Etat par voie bancaire, y compris leur reversement et comptabilisation dans le compte du trésor public, et enfin, la trouille causée par les contrôles de l’Inspection Générale des Finances à l’endroit des gestionnaires, directeurs généraux des entreprises, ministres,… qui s’accoutument lentement, mais sûrement aux principes de la bonne gouvernance.

Pompon BEYOKOBANA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *