Mwene-Ditu : démission du Premier ministre, l'UDPS salue le courage des députés nationaux

Gérard Tshibanda et Me Alexis Kabeya respectivement Président et premier vice-président de l'UDPS Mwene-Ditu. Photo Enet/® Jp Choél Tshimanga.

Les réactions fusent de partout après la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba au niveau de l'Assemblée nationale mercredi 27 janvier 2021 de suite d'une motion de censure.

Dans une interview accordée à election-net.com jeudi 28 janvier, l'union pour la démocratie et le Progrès Social (UDPS) fédération de Mwene-Ditu (Lomami) via son Premier vice-président, Alexis Kabeya Ngandu, félicite le courage des députés nationaux qui ont accepté de s'arranger derrière le Chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi en détrônant Ilukamba dans le but de contribuer au changement tant attendu en République démocratique du Congo.

"Le Premier ministre s'est entêté, mais il vient de vivre la réalité, il est parti. Le suspense avait trop duré. Avec une majorité de plus de 367 députés, cela prouve que le peuple congolais, les élus nationaux ont compris qu'il faut s'arranger derrière le Chef de l'État, il faut être du bon côté de la raison. Donc, c'est L'Union sacrée qui est en marche contrairement à ce que les gens attendaient, plusieurs députés ont compris que nous ne pouvons pas accepter de bloquer le fonctionnement normal de nos institutions au profit d'un individu ou d'un groupe d'individus", a dit Me Alexis Kabeya Ngandu.

Et de poursuivre,

"Bravo aux honorables députés nationaux, ils ont sus choisir entre le mal et le bien, ils sont entrés dans l'histoire de notre pays. C'est la première fois dans ce pays depuis 1960, année à laquelle nous avons pu accéder à notre souveraineté nationale et internationale qu'un Premier ministre soit déchu par le Parlement", a reconnu Kabeya Ngandu.

Le premier vice-président du parti présidentiel sollicite par ailleurs aux sénateurs d'emboîter le pas des locataires de la chambre basse du parlement en faisant partir Alexis Ntambwe Muamba parce que selon lui, "c'est un vent de la révolution qui ne peut pas laisser les anciennes pratiques sur son chemin.",

Jean-Paul Tshimanga depuis Mwene-Ditu