Mort du général Kahimbi : de nouvelles révélations qui contredisent l’enquête de la justice militaire

Quelques militaires transportant le corps du feu Général Delphin Kahimbi

Après deux jours d’audiences lundi et mardi derniers, l’affaire a été prise en délibéré. Le procès sur la mort de l’ex général, chef de renseignements militaires Delphin Kahimbi disparu de manière mystérieuse en février 2020 alors que mis à la disposition du conseil national de sécurité pour espionnage et atteintes à la sûreté de l’Etat.

 Plus d’une année après, Les audiences se déroulent en chambre foraine à la prison centrale de Makala où toutes les personnes soupçonnées dans ce dossier dont sa femme passent à la barre. Dans sa déposition, la veuve de l’ex haut gradé de l’armée , Nkoy Okale Brenda a contredit la version de l’homicide involontaire à laquelle elle aurait participé, selon le ministère public.

 Cependant, Elle a affirmé que Delphin Kahimbi est décédé à l’hôpital du Cinquantenaire contrairement au rapport d’enquêtes de la justice militaire confirmant l’hypothèse d’une pendaison incomplète et atypique.

Dans cette affaire, la tante l’épouse KahimbiMando Pila Scolastique, tout comme Aminata Bahati Claudine, Jérémie Kumimuna Mpo et Jeannot Amudia Direyi ainsi que Olivier Maketa, neveu de Brenda, Nkoy Okale sont mis en cause .

Patrick Félix Abely