Meeting aérien RDC-Angola : où sont passés les avions de chasse congolais?

Deux avions Sukhoi de l'armée angolaise. Ph capture d'écran Enet.

Ecouter cette information

La capitale congolaise, Kinshasa, a connu un vendredi mouvementé dans son espace aérien : le meeting aérien entre la RDC et l’Angola.

À en croire le porte-parole de l’armée congolaise, le général Léon Richard Kasonga, cet exercice consistait à célébrer la coopération militaire entre les deux pays frères. Une façon également de mettre en garde les ennemis de la paix dans ces deux pays de la région des Grands Lacs.

Côté angolais, deux avions de chasse de marque Sukhoi 30k, ont été dépêchés et ont circulé le ciel Kinois dans les avant-midi de ce vendredi avant d’atterrir à l’aéroport international de Nd’jili où les responsables militaires et sécuritaires de deux pays étaient présents. François Beya, conseillé spécial du président Tshisekedi en matière sécurité avait représenté le Chef de l’État.

Pas d’avions de chasse congolais

Grande est la déception de nombreux kinois, contactés par Election-net.com, qui attendaient voir les avions de chasse des FARDC survolés également le ciel de la capitale, mais en vain.

“Je me demande pourquoi on nous a cassé les oreilles disant que les deux armées vont manifester sur notre espace aérien. Je n’ai vu que deux avions angolais. Où sont partis les nôtres ?”, s’interrogent un kinois.

D’autres par contre expriment leur inquiétude quant à la sécurité nationale.

“Comment peut-on laisser la force aérienne d’un pays voisin survoler la capitale sous prétexte de parade à laquelle aucun avion congolais n’a participé. Comment peut-on exposer le pays à ce point?”, s’est demandé Seth Kikuni, candidat malheureux à la présidentielle de 2018.

Jean-Claude Katende, président de l’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (Asadho), cet exercice militaire ne doit pas empêcher les autorités congolaises de continuer à mettre la pression sur leurs homologues angolais dans le dossier d’exploitation du pétrole congolais par l’Angola.

“J’espère que l’assistance militaire de l’Angola ne va pas amener les autorités du Congo à fermer les yeux sur le dossier de l’exploitation de notre pétrole par l’Angola. Faisons la part des choses”, a-t-il dit sur son compte twitter ce vendredi.

Noël Tshiani, lui aussi ancien candidat à la présidentielle de 2018, estime que le plus important pour Kinshasa serait de désarmer tous les criminels qui détiennent les armes.

“Les avions militaires feront la parade dans le ciel de Kinshasa aujourd’hui. Ils feront très peur à l’autre là. Ne nous arrêtons pas là. Le plus important sera de désarmer tous les criminels qui détiennent des armes pour menacer la stabilité des institutions de la RDC.
@fatshi13″, a-t-il écrit ce vendredi sur son compte twitter.

Notez que ce meeting aérien RDC-Angola vient couronner la coopération militaire entre les deux pays, signée au début de cette semaine finissante entre FélixTshisekedi de la RDC et João Lourenço d’Angola à Luanda, capitale d’Angola.

Rédaction