Maniema : Vers un bras de fer entre l'Assemblée provinciale et le gouvernement intérimaire ?

Siège de l'Assemblée provinciale

Dans sa réponse à la lettre de la présidente de l'Assemblée provinciale du 27 septembre dernier adressée au gouverneur intérimaire et lui demandant les actes pris par lui "arbitrairement", signée pour son compte par le ministre provincial de l'Éducation, Fonction Publique et Emploi, car étant en mission, le chef de l'exécutif provincial par intérim dit d'entrée de jeu que la correspondance de Gertrude Kitembo Mpala est "le reflet d'une désinformation ou simplement d'un déficit d'informations sur les faits y abordés".

"Je voudrais vous révéler qu'aucune tension dans les communautés ne trouve son fondement dans mes actes si ce n'est de l'instrumentalisation de certains acteurs politiques clairement identifiés par les services et dont les dossiers sont en cours d'être soumis à l'organe de la loi pour des poursuites exemplaires", répond-il par l'entremise du ministre provincial Oleko Lungundu Selemani.

S'agissant des limites du gouvernement provincial intérimaire évoquées par la patronne de la première institution politique de la province, il note en effet que l'article 31 de la loi n°08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces telle que modifiée à ce jour qui fonde le soubassement de sa correspondance, "indique simplement qu'en cas d'adoption d'une motion de censure, le gouvernement provincial expédie les affaires courantes". Pour lui, cet article "ne fixe nullement une quelconque limite quant à la prise des mesures importantes pour le bien de la province par le gouvernement qui dispose du pouvoir d'appréciation en vertu du principe de séparation des pouvoirs, socle de toute démocratie au monde".

Quant aux actes indexés, le gouverneur intérimaire souligne pour ce qui concerne les commissions d'affectation du 07 juin et du 07 septembre 2021 des professionnels de santé, "qu'il s'agit des actes administratifs contre lesquels les voies de recours sont prévues pour tout agent non satisfait, et ce, à titre individuel". En outre, il fait savoir qu'à ce jour, aucun recours ne l'a été adressé par un seul intéressé moins encore une action en justice contre ces actes ou encore une dénonciation des organismes internationaux sur une quelconque violation du protocole d'accord "qui interdirait tout mouvement du personnel dont les capacités auraient été renforcées".

Pour ce qui est de l'arrêté du 07 juin 2021 portant nomination des Inspecteurs à la Direction générale des recettes du Maniema, signale que l'Inspection des services est bel et bien un organe de contrôle interne de cette régie financière provinciale instituée par l'arrêté provincial du 07 septembre 2017.

Et d'insinuer : "Je comprends que vos renseignants, décidés à mettre de l'huile au feu, n'ont pas assez d'informations à ce sujet au point de vous induire en erreur".

Il y a donc lieu de noter que le Gouverneur intérimaire refuse poliment d'accéder à la demande de la présidente de l'Assemblée provinciale d'annuler ses actes qualifiés d'arbitraires. Pour plusieurs analystes un bras de fer se profile à l'horizon entre les deux institutions politiques de la province.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *