Maniema : répression sanglante des manifestations, l'Acaj et Justicia Asbl pour une action judiciaire

Vue de l'extérieur de l'assemblée provinciale du Maniema/ENET/ Isaac Kilikumbi

Les réactions continuent à tomber, au sujet des échauffourées du samedi dernier à Kindu, entre les jeunes qui tenter d'empêcher l'ouverture de la session extraordinaire de l'Assemblée Provinciale et les éléments de la police.

La dernière en date, est celle de l'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice ACAJ ainsi que Justicia asbl.

Dans un communiqué de presse conjoint de ce mardi 18 août 2020, parvenu à election-net com, ces deux organisations condamnent l’utilisation d’armes létales par les forces de l’ordre lors de l’ouverture de la session extraordinaire de l’Assemblée Provinciale du Maniema.

Tout en s'associant aux autres ONGs de Droit de l’Homme et Mouvements citoyens, Acaj et Justicia Asbl demandent que des enquêtes sérieuses soient ouvertes par les instances judiciaires notamment le Parquet Général et l’Auditorat Supérieur Militaire, afin d’établir les responsabilités pour que les auteurs matériels et intellectuels soient sanctionnés conformément aux lois de la République et que les victimes obtiennent réparation.

En outre, ces deux structures se disent disposer à accompagner les victimes en Justice et les encouragent à porter plainte. Pour ce faire, elles lancent l'opération d’identification des victimes et la consultation gratuite pour leur permettre d’envisager comment initier une action judiciaire en leur faveur.

Pour rappel, la tension a été vive le samedi 15 août dernier à Kindu, à l’occasion de l'ouverture de la session extraordinaire à l’Assemblée provinciale du Maniema. Une personne a été tuée par balle et plusieurs autres blessées au cours des échauffourées entre des jeunes en colère et les policiers commis à la sécurité de l'Assemblée Provinciale.

A la base, des jeunes en colère ont tenté d'empêcher les députés d’accéder à l'hémicycle pour siéger.

Pompon BEYOKOBANA