Maniema/RAM : une organisation de la société civile déplore l’absence de la sensibilisation avant la prise des restrictions par les sociétés des Télécoms

Les réactions se multiplient à Kindu, chef-lieu de la province du Maniema à la suite de la mesure de restriction prise par l’opérateur de téléphonie mobile Vodacom contre ses utilisateurs insolvables vis-à-vis du RAM(Registre d’Appareils Mobiles).

La dernière réaction enregistrée par la rédaction d’Election-net.com, est celle de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI-Maniema).

Dans une interview accordée à election-net-com ce vendredi 30 avril, le Président provincial de cette structure citoyenne déplore le manque de vulgarisation des textes relatifs au RAM.

“C’est depuis deux jours que la communication est devenue très difficile. On peut acheter les unités, les gens s’habituent déjà à communiquer à travers les messages, les appels tout en activant, mais c’est très pratiquement difficile pour le moment”, a expliqué Maître Michel Kasonda.

Pour lui, cette mesure constitue “une escroquerie”.

“Ça fait deux jours, et la population ne fait que subir des conséquences très néfastes de ces textes qui ne sont pas vulgarisés. Au jour d’aujourd’hui, nous sommes entrain de nous dire que c’est une escroquerie étant donnée qu’on procède à des mesures comme telles, pendant que la population ne connaissait rien. Voilà pourquoi nous disons que l’État doit prendre ses responsabilités”, a-t-il poursuivi.

Il déplore en outre l’absence de la sensibilisation avant la prise de cette mesure de restriction.

“Loin de dire que nous ne sommes pas d’accord pour les taxes et impôts, mais que cela se fasse d’une manière correcte. C’est-à-dire, il faut sensibiliser la population au préalable”, renchérit-il.

“Nous sommes très contents s’il y a de l’argent qui entre au trésor public par le canal des appareils mobiles, mais nous sommes surpris que cela arrive , et jusque-là, un bon nombre de la population ne connait pas ce qui se passe”, martèle-t-il.

Il appelle enfin à l’État de se ressaisir en revenant à la raison, faute de quoi, il promet d’appeler la population à des manifestations pacifiques.

Rappelons que depuis deux jours, plusieurs utilisateurs du réseau Vodacom se plaignent d’être priver d’activer les différents forfaits jusqu’à l’apurement de leurs dettes vis-à-vis du RAM. Cette situation est décriée par bon nombre d’observateurs qui qualifie “d’une escroquerie d’État”, la perception des frais aux comptes des utilisateurs de téléphonie mobile sans leur consentement.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu.