Maniema : Musafiri - Amadi, la bataille en deux temps !

Le gouverneur Musafiri du Maniema en train d'accueillir Felix Tshisekedi à l'Aeroport de Kavumu à Bukavu. Ph. Cell comm

Alors que s'ouvrait lundi 28 décembre à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, la 7ème session de la conférence des gouverneurs, au Maniema, province de l'est du pays déchirée par une crise politique entre l'assemblée provinciale et l'exécutif provincial, ayant conduit à la destitution par la première institution du chef de la deuxième institution depuis novembre 2020 ; ces assises des deux jours convoquées par le Chef de l'État était vu sous un autre angle.

L'enjeu pour les Maniemiens était de savoir qui d'Auguy Musafiri Nkola Mioma déchu par l'organe délibérant de la province, mais se réclamant toujours gouverneur de province, et de Jean-Pierre Amadi Lubenga vice-gouverneur et gouverneur intérimaire bénéficiant d'un appui d'une grande partie de l'assemblée provinciale, allait représenter la province à cette rencontre.

Avant Conférence

Bien avant le démarrage proprement dit de cette conférence, la polémique était vive sur les réseaux sociaux entre pro Musafiri et pro Amadi. Entre temps, les deux principaux challengers se disputaient dans l'ombre la participation à ce rendez-vous des chefs des exécutifs provinciaux au tour du Président de la République, chacun se réclamant être de plein droit de représenter la province.

Le flou autour de la participation de la province va commencer avec les travaux préparatoires de ces assises, travaux assurés par les experts de chacune des provinces du pays. Des informations recoupées par election-net.com, deux groupes d'experts désignés par les deux autorités provinciales se disputant l'exécutif provincial, se sont présentés au compte du Maniema au secrétariat de la vice-primature de l'Intérieur chargée de préparer ces assises. L'information sera confirmée par les deux camps, chacun faisant croire que c'est son camp qui a été accrédité pour participer aux travaux en commission.

Conférence proprement dite et la participation confuse

Il restait aux Maniemiens le début de la conférence pour voir qui des deux protagonistes sera le lundi 28 décembre dans la salle des conférences du palais de la Nation où le Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo devait ouvrir la 7ème session de la conférence des gouverneurs. Les Kambelembele(surnom donné aux habitants du Maniema), ne devraient pas entendre longtemps pour vivre comme dans un film, le flou au tour de la représentation de leur province dans ces assises.

Tôt dans la matinée du lundi 28 décembre, avant même le début de la retransmission à la Télévision Nationale , la RTNC, de la cérémonie de l'ouverture, les images d'Auguy Musafiri Nkola Mioma(gouverneur déchu), dans la salle de conférence, non porteur d'un macaron sur sa veste comme c'est le cas pour les gouverneurs d'autres provinces, à la place réservée au Maniema vont faire le tour des réseaux sociaux. Du coup, s'en est suivi, le triomphalisme des ses sympathisants contre le camp adverse.

Insérer photo

La déception va s'en suivre quelques heures après lorsque la Télévision Nationale va débuter son live au moment de l'allocution du Chef de l'État. Sur les images du réalisateur montrant les participants dans la salle, c'est plutôt Jean-Pierre Amadi Lubenga vice-gouverneur et gouverneur intérimaire qui sera aperçu à la place réservée au Maniema, mais aussi sur la photo d'ensemble du Chef de l'État avec les gouverneurs des provinces. Sur les réseaux sociaux (Facebook et Watts App), la joie va aussitôt changer de camp.

Insérer photos

La Présidente de l'assemblée provinciale qui était elle aussi dans la salle, parmi les invités pour assister à cette cérémonie d'ouverture va confirmer les faits à la presse du gouvernorat du Maniema.

"(…) Pour la population du Maniema, la chose à dire ce qu'à un certain moment donné, on était devant 2 personnes qui devaient représenter la province du Maniema. Mais finalement, la justice a rendu le droit comme il le faut. C'est le gouverneur intérimaire qui a pris part à cette séance d'ouverture, d'autant plus que le gouverneur Musafiri, étant déchu, en entendant que la justice ne puisse oui ou non, dire que la motion était irrégulière , oui ou non, c'est le gouverneur Amadi Jean-Pierre qui est le gouverneur a l'intérim qui représente la province du Maniema à ces assises de la 7ème conférence des gouverneurs en République Démocratique du Congo", a expliqué Gertrude Kitembo Mpala, Présidente de l'assemblée provinciale du Maniema.

Après ouverture

Si l'apparition du vice-gouverneur et gouverneur intérimaire dans la salle de conférence l'a fait légitimé aux yeux des Maniemiens, la série Musafiri - Amadi ne s'est pas, par contre arrêtée à la cérémonie d'ouverture de la conférence, parceque les états de lieux des provinces devraient être présentés quelques heures après par leurs gouverneurs respectifs. La polémique sera relancée de la plus belle manière, lorsqu'en début de soirée du même lundi, d'autres image d'Auguy Musafiri posant assis dans la même salle des conférences à côté d'autres gouverneurs, et dans une autre photo débout semble-t-il en train d'exposer, seront diffusées sur les réseaux sociaux par ses partisans, reprenant le triomphalisme. La série va se poursuivre jusqu'au mardi 29 décembre jour prévu pour la clôture des travaux. Les explications n'en manquent pas pour justifier les images.

"Auguy Musafiri a été reconnu par les organisateurs comme étant le seul habilité à représenter le Maniema, et a regagné la salle, alors que Jean-Pierre Amadi Lubenga a été expulsé de la salle", expliquent ses sympathisants.
Par ailleurs, c'est le silence des morts qui s'est depuis installé dans le camp du gouverneur intérimaire, alors que le jeu était de "pièce contre pièce", cette expression devenue populaire en République Démocratique du Congo depuis le procès dit de 100 jours, ou encore, photo contre photo.

Clôture de la conférence

Après la folle journée d'ouverture de la conférence, la cérémonie de clôture de celle-ci était alors entendue par les Maniemiens pour confirmer ou pas les messages et images circulant sur les réseaux sociaux. Et quand la chaîne nationale de télévision reprend son direct dans la soirée du mardi 29 décembre pour retransmettre la cérémonie de clôture de la conférence, c'est finalement Auguy Musafiri Nkola Mioma qui apparait sur les écrans dans la salle de conférence, à la place réservée au Maniema, plongeant ainsi l'opinion publique dans une confusion totale.

Que s'est-il passé ?

À cette question, chacun a va de son côté donnant ses explications. Cependant, plusieurs observateurs dénoncent une confusion qui serait entretenue par quelques membres du gouvernement central dont leurs noms sont cités avec insistance.

Le coordination provinciale de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), dénonce pour sa part une main noire de certains parmi les officiels du pays, sans les citer nommément.

"Ce flou artistique ne peut être entretenu que des mains noires, des mains noires que nous ne saurons pas citer ici. Ce sont des personnes véreux qui ont des intérêts autres que les intérêts de la province du Maniema qui sont derrière cela. Tantôt c'est pour Musafiri, tantôt c'est pour Amadi Lubenga, les deux colistiers qui sont venus de Lubumbashi qui nous ont fait croire qu'ils peuvent nous apporter le monde et les merveilles, mais aujourd'hui les deux qui sont sont en train de se battre, et réellement comme on le dit en français, quand deux éléphants se battent, qui sont ceux-là qui sont en train d'en pâtir si ce n'est de l'herbe verte inutile que nous sommes nous en tant que population", s'est indigné Mukubwa Kastaime Mputu coordinateur provincial de la Nouvelle Société Civile Congolaise.

À qui profite le flou

Pendant que les partisans des deux camps se livrent à des tacles, plus d'un observateur s'indigne par contre de la scène semblable à une pièce de théâtre à laquelle se sont livrée les deux autorités provinciales. Nombreux estiment que c'est l'image de la province qui est ternie au niveau national.

Pour Mukubwa Kastaime Mputu, coordonnateur de la Nouvelle Société Civile Congolaise, c'est l'intérêt de la population est sacrifié.

"Nous ne comprenons plus rien. La grande question qu'on se pose, quel est l'intérêt de la population du Maniema dans ce méli-mélo là au niveau de Kinshasa. Mais la grande question qu'on se pose : leur lutte là, leur bagarre là, qu'est-ce que la population va tirer comme dividende. On a pas besoin des querelles politiciennes, on a besoin de la paix, de la concorde, de la vie qui doit marcher comme sur des roulettes dans la province du Maniema. On a besoin de la réflexion de nos autorités", a-t-il lancé.

Et de renchérir :

"(…) C'est la province qui est dilapidée. Celui-ci peut corrompre celui-là, l'autre corrompt l'autre, l'autre est attiré par la sympathie de l'autre, et tout cela, c'est l'argent de la province qui est en train d'être dilapidé, et ce n'est pas pour le bonheur de la province, c'est pour le malheur de la province. Nous demandons à ces deux gens de mettre de l'eau dans leur vin et de regarder vers l'avenir de la province du Maniema".

Il regrette par ailleurs le fait que ce flou puisse se produire au cours des assises organisées par la Présidence de la République. Pour lui, cela prouve suffisamment que la gestion au sommet de l'État pose problème.

"(…) Le pays est malade. La gestion au sommet de l'État aussi pose problème. Les assises de très haut niveau comme celles-là, où il y a celui-là qui entre celui-là qui sort,… La gestion est calamiteuse au sommet de l'État", s'est-il étonné.

Il réitère enfin sa demande au Chef de l'État de "neutraliser" la situation politique actuelle du Maniema et chercher le troisième larron.

"Ce que je peux demander au Chef de l'État c'est de neutraliser la situation telle que nous la vivons aujourd'hui au Maniema, et de chercher le troisième larron. C'est-à-dire, chercher la troisième voie qui peut amener la paix durable dans la province du Maniema. Je crois que ça serait justice", a conclu Mukubwa Kastaime Mputu.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu