Maniema : la société civile déplore "la brutalité politique" au sein de l'Exécutif

Coordonnateur provincial de la Nouvelle Société Civile ,Mukubwa Kastaime Mputu. Ph. ENET/Isaac K

Les réactions fusent de partout au Maniema après nomination le 24 décembre, d'un nouveau gouvernement provincial par le gouverneur intérimaire Jean-Pierre Amadi Lubenga.

Les acteurs politiques et sociaux locaux ne cessent de réagir face à ce dernier développement de la situation politique en province.

Cependant, les avis des uns et des autres divergent selon que l'on est d'un camp ou d'un autre.

C'est dans ce contexte que le coordonnateur provincial de la Nouvelle Société Congolaise s'est confié ce week-end à election-net.com pour commenter cette situation qui fait débat dans les salons des partis politiques, et dans les rues et avenues de la ville de Kindu en particulier, et de la province du Maniema en général.

Pour Mukubwa Kastaime Mputu, la situation politique actuelle de la province dépasse tout entendement humain.

"Nous sommes dans la province du Maniema, cette province avec ses réalités qui dépassent l'entendement humain. On a formé un nouveau gouvernement avec toutes les tendances possibles, l'union sacrée pour la Nation qui est en gestation, il y a le FCC là dedans, il y a tout le monde, c'est un fourre-tout. Nous ne comprenons plus rien. Nous laissons seulement l'appréciation aux décideurs du niveau supérieur, pour qu'ils puissent décider de ce qui va se passer, et voir comment la province sera gérée", a déclaré d'entrée de jeu Mukubwa Kastaime Mputu, coordinateur provincial au Maniema, de la Nouvelle Société Civile Congolaise.

Par ailleurs, il qualifie ces nominations effectuées par le Chef de l'exécutif provincial à l'intérim, d'une brutalité politique.

"(…) Ce qui est en train d'être fait c'est de la brutalité politique qui ne dit pas son nom au niveau de la province. Ce sont des choses qui sont contraires à la loi", a-t-il déploré, avant de rappeler :

"La plupart des fois, quand la loi est piétinée, l'administration fuie, et quand la politique entre en scène, le droit sort par la petite fenêtre. C'est ce que nous sommes en train de vivre".

À lui de renchérir :

"Il n'y a rien de droit dans tout cela, il n'y a rien de ce qui est prévu par la loi, ce qui est en train d'être fait, c'est de la brutalité politique pure et simple, et la population ne trouve même pas son compte dans tout cela".

Il appelle cependant le Chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à faire une appréciation de la situation politique que traverse le Maniema.

"Nous laissons tout entre les mains du Chef de l'État qui doit apprécier l'essentiel. Parceque ce qui est en train fait va au delà des normes de la République", a conclu Mukubwa Kastaime Mputu, coordinateur provincial au Maniema de la Nouvelle Société Civile Congolaise.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu