Maniema : la NDSCI déplore la faible production législative de la session ordinaire de mars à l'Assemblée provinciale

Siège de l'Assemblée provinciale du Maniema© photo de tiers

À la veille de la clôture de la session ordinaire de mars de l'Assemblée provinciale du Maniema, le Président de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile (NDSCI-Maniema) a, dans une interview accordée à election-net-com, ce lundi 28 juin 2021, présenté son évaluation de cette session parlementaire qui se clôture en principe ce mardi 29 juin.

Pour Maître Michel Kasonda, le bilan de cette session voulue, législative, est négatif. Ceci s'explique selon lui, par la faible production des édits proposés par les députés provinciaux.

"(…) Nous étions entrain de nous attendre à la production de beaucoup d'édits. Mais c'est très grave, nous avons constaté avec amertume que la session législative de mars en province du Maniema n'a pas été productive", a-t-il déploré.

En outre, il estime que l'édit budgétaire de l'exercice 2021 adopté par l'Assemblée provinciale au cours de la session finissante, et non promulgué par l'ancien Gouverneur Musafiri Nkola Myoma Auguy, l'a été dans la précipitation, et que ce dernier n'a pas profité aux Maniemiens.

"(…) Jusque-là, il n'y a aucune avancée par rapport au budget qui a été voté. On a pris un ancien projet pour le coller au projet que nous avons pour le moment. Cela a été pris dans la précipitation, et voilà, il n'y a aucun impact très positif parceque la population est toujours entrain de vivre une situation chaotique", a-t-il martelé.

Quant aux deux propositions d'édits des deux députés provinciaux adoptés au cours de la même session, elles sont selon lui, insuffisantes pour une session de trois mois, de surcroît, essentiellement législative. Il appelle en effet les élus provinciaux à reconnaître le bilan "négatif" de ladite session ordinaire.

"(…) Ils doivent être conséquents(députés provinciaux, Ndlr). Ils doivent être conscients de ce qu'ils sont entrain de faire. Ils doivent déclarer tout haut que le bilan de cette session est très négatif comme la NDSCI est entrain de l'estimer", lance-t-il.

Par ailleurs, il propose aux élus provinciaux de présenter chacun une proposition d'édit à chaque session législative.

"Nous avons 22 députés. La NDSCI aurait souhaité que lorsqu'il y a une session législative, que chaque député fasse ne fût-ce qu'une proposition d'édit. Parce qu'il y a beaucoup à faire dans la province du Maniema", poursuit-il, avant de s'interroger :

"(…) Qu'est-ce qu'ils sont entrain de faire dans l'exercice de leurs fonctions ?Quel est le compte qu'ils vont rendre à la population par rapport à la représentation qu'ils sont entrain de faire aujourd'hui ?(…) ".

Un mois d'inactivité

Le Président provincial de la Nouvelle Dynamique de la Société Civile n'a pas manqué de commenter la non tenue des plénières à l'organe délibérant de la province durant un mois, au cours de cette session, suite à l'absence à Kindu, siège des institutions provinciales, de plus de la majorité des députés qui se sont déplacés en pleine session parlementaire à Kinshasa, siège des institutions nationales.

Il regrette cette situation, et pense que ce déplacement n'a pas été bénéfique à la population qui les a mandaté à l'Assemblée provinciale.

Il appelle par conséquent ces derniers à rendre compte à leurs bases respectives.

"La Nouvelle Dynamique de la Société Civile dira que c'est une absence non justifiée. Les députés provinciaux doivent rendre compte à la population. Pourquoi ils sont partis? Est-ce qu'à la session de mars, c'est inscrit que les députés partent pour Kinshasa pour un mois", se demande-t-il, avant de répondre lui-même par : "Je ne pense pas".

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

1 thought on “Maniema : la NDSCI déplore la faible production législative de la session ordinaire de mars à l'Assemblée provinciale

  1. C'est dommage une province test depuis plus de 35 ans n'a pas des vrais Dirigeants que les affairistes nous qui ont le soucis de bien dirigé nous échouons chaque fois aux élections tandis que les médiocres passent pour ne rien faire Nous avons les plans de redressement de Maniema dans nos tiroirs et nous ne savons quoi faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *