Maniema-EPST: les enseignants opposés à la reprise des cours

Photo d'illustration d'un enseignant de classe primaire en RDC.

C'est la décision prise à l'issue d'une assemblée générale des enseignants des écoles publiques tenue ce dimanche 24 octobre 2021 à l'école primaire Kindu-ville.

Selon le Secrétaire provincial du Syndicat des Enseignants du Congo (SYECO), qui s'est confié à la presse à la fin de cette rencontre, les enseignants du Maniema décident de maintenir la grève jusqu'à la fin des travaux de la commission paritaire Gouvernement-banc syndical dont la reprise est annoncée par la partie gouvernementale au jeudi 28 octobre prochain.

"Nous venons de tenir une assemblée générale ce dimanche ici à l'EP Kindu-ville, c'est pour restituer les pourparlers qui ont eu lieu entre le banc syndical, les différentes associations des parents d'élèves, les différentes organisations de la société civile, le banc syndical provincial, les gestionnaires tant provinciaux que sous-provinciaux pour réfléchir ensemble sur comment faire retourner les enseignants à l'école ce lundi. Après cette restitution, les enseignants ont dit non à la reprise, ils disent qu'ils doivent attendre le résultat des pourparlers qui vont débuter incessamment à Kinshasa dans le cadre de commission paritaire banc syndical banc gouvernemental", a déclaré Mahulumwanda Mukute Secrétaire, provincial du SYECO au Maniema.

Ce dernier demande aux parents de continuer à garder leurs enfants à la maison.

"Par rapport à la décision qui vient d'être arrêtée par les enseignants, aux parents de continuer à prendre leur mal en patience en gardant les enfants à la maison jusqu'au dénouement définitif de la crise qui secoue le secteur de l'éducation de notre pays", a-t-il poursuivi.

Et de préciser sur leurs réclamations :

"Concrètement les enseignants réclament le paiement des deuxième et troisième pallier des accords de Bibwa(Ndlr, au Kongo-Central), la suppression des zones salariales, le paiement de toutes les N.U(Ndlr, nouvelles unités) et tous les N.P(Ndlr, non payés), le paiement régulier et à temps des salaires des enseignants payés par CARITAS, la restitution de 3.500 FC retirés sur les salaires des enseignants de Kasongo et de Kindu retenus pour le mois de septembre".

Ils dénoncent par ailleurs les intimidations du Ministre de l'Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST) Tony Mwaba à l'endroit des enseignants grévistes.

"Nous avons aussi nos droits qui sont reconnus et garantis par la constitution, c'est-à-dire l'article 39 de la constitution et même l'article 93 de notre statut des agents de carrière des services publics de l'État qui nous reconnaissent le droit à la grève, c'est un droit constitutionnel…", a-t-il renchéri, avant de poursuivre :

"Si lui fait ça (Ndlr, désactiver du fichier de paie les enseignants grévistes), qu'il veut laisser graver son nom dans la mémoire des hommes, c'est une bonne chose. Mais, qu'ils retiennent que l'histoire va le châtier un jour. Parce qu'on ne peut pas intimider un enfant qui pleure parce qu'il a faim, vous comme parent pour trouver solution à ses pleurs, c'est de taper sur l'enfant pour qu'il se taise. Est-ce que c'est ça la solution", a lancé Mahulumwanda Mukute Secrétaire provincial du SYECO au Maniema à l'endroit du Ministre de l'EPST Tony Mwaba.

Pour rappel, c'est depuis le début de l'année scolaire 2021-2022, le 04 octobre dernier, que les enseignants des écoles publiques sont en grève à travers le pays.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *