Maniema : Élections à la "Société civile forces vives", Stéphane Kamundala remet en jeu son comité

Stéphane Kamundala/Président de la Société Civile forces vives du Maniema© photo tiers

Initialement prévue en mars 2021, c'est finalement ce mardi 14 juin 2021 que s'est ouverte à Kindu, capitale du Maniema, l'assemblée générale ordinaire et élective de la Société Civile forces vives du Maniema.

Ces assises de deux jours se tiennent dans la salle Cercle de la SNCC, et connaissent la participation des délégués des organisations membres de Kindu, et de 7 territoires de la province. Cette première journée était consacrée à la présentation des rapports des différents organes de cette organisation citoyenne.

Dans son discours prononcé à l'ouverture de cette messe de la société civile, le Président sortant, Stéphane Kamundala s'est félicité de la tenue de ces assises, en dépit du fait que selon lui, "des intentions mauvaises lui étaient déjà prêtées.

"(…) Je précise qu'en principe, cette assemblée générale ordinaire et élective devrait, si on s'en tenait aux textes constitutifs de la SOCIMA, se tenir, en date du 02 mars. Mais compte-tenu de plusieurs aléas et contraintes, dont la Covid-19, je l'ai fixée à la date de ce jour, dans une décision concertée de tous ceux qui siègent avec moi dans la coordination provinciale. Qu'à cela ne tienne, l'assemblée générale ordinaire, et spécialement élective se tient enfin, même si certaines langues nous prêtaient déjà des intentions mauvaises", a déclaré Stéphane Kamundala, avant de rassurer tous les prétendants aux différents postes du comité de la coordination provinciale de l'inclusivité des dites élections, sans indiquer si sera-t-il ou pas candidat à sa propre succession.

" Elle est là. Vous y êtes conviés tous. C'est l'occasion pour tous ceux qui nourrissent des ambitions d'affûter leurs armes, et s'attirer la confiance des électeurs présents dans cette salle. Que le meilleur gagne", a-t-il lancé dans la salle.

Dressant le bilan de son mandat finissant, Stéphane Kamundala a souligné que son comité à la tête de cette structure citoyenne, a réalisé beaucoup d'activités en faveur de la population du Maniema.

"Je pensais que trois ans, soit 1095 jours, constituant un mandat, étaient insuffisants pour poser un certain nombre d'actes, en faveur de la population de la province du Maniema. Mais hélas, je me trompais inutilement. Car, rien que pendant ce temps supposé moins signifiant, la Coordination provinciale de la SOCIMA a réalisé beaucoup d'activités", a déclaré Stéphane Kamundala.

Les principales réalisations qu'il met à l'actif de son comité, sont entre autres : la location d'un bâtiment servant de siège à la SOCIMA, "pourtant, avant notre avènement à la tête de cette structure, elle était dans la rue car, ses deux longues tables par exemple, se trouvaient garder à la maison du barreau, grâce à la générosité de Monsieur le Bâtonnier de l'ordre des avocats de ce temps là", a-t-il souligné.

À lui d'ajouter : " 62 réunions avec des comptes-rendus y relatifs à l'appui, ont été tenues par les membres de la coordination, en lieu et place de 16 qui auraient dues l'être selon les termes des textes constitutifs de la SOCIMA voir l'article 30 du règlement intérieur ; toutes les antennes situées dans les 7 territoires qui composent la province du Maniema, ont procédé aux élections de nouveaux animateurs de leurs organes, en remplacement de ceux qui faisaient de ce pouvoir, déjà une monarchie ou un royaume".

Il met également à son crédit, les multiples sorties médiatiques de la coordination la coordination provinciale dans les différentes stations de radios locales, nationales et internationales, ainsi que sur certaines chaînes de télévision à couverture nationale. À cela s'ajoute des nombreuses dénonciations et actions de plaidoyers en faveur de la population.

D'après toujours lui, la Société Civile forces vives du Maniema a, sous sa direction, exercé le contrôle citoyen sur les institutions opérationnelles en province et en a exigé la rédevabilité auprès de leurs animateurs.

Pour lui, "la pétition du mois de mars 2020 contre son excellence Monsieur Musafiri demeurera dans l'histoire du Maniema, la preuve de l'exercice libre et démocratique de cette prérogative".

Dans le volet sécuritaire, " la Société Civile forces vives du Maniema s'est investie dans la recherche de la paix dans le Sud de la province du Maniema, précisément dans le territoire de Kabambare, secteur de BB Salamabila en jouant le rôle de pont entre le gouvernement national et provincial d'une part, et le maï maï Malaïka dirigé par le Sheikh Assani Uzaifu Mitendi, d'autres part", a-t-il fait savoir.

Le Gouverneur intérimaire, Afani Idrissa Mangala qui a officiellement ouvert ces assises a rassuré les participants à cette assemblée générale ordinaire et élective de la société civile forces vives du Maniema, de l'accompagnement du gouvernement provincial qu'il dirige de manière intérimaire, avant d'exprimer le voeu de voir les élections attendues au sein de cette structure citoyenne être organisées de façon libre et démocratique pour ainsi éviter des conflits post-électoraux.

Il sied de signaler que c'est ce mercredi 16 juin que seront connus les membres du nouveau comité de la coordination provinciale, à l'issue des élections.

Kilikumbi Lusumbasumba depuis Kindu