Maniema/Élection des Gouverneurs : les activistes des droits de l'homme divisés sur le profil des prétendants au poste

Siège de l'Assemblée provinciale

La tension est montée d'un cran au Maniema, depuis l'annonce faite par le Vice-premier Ministre, Ministre de l'Intérieur, Daniel Aselo sur l'organisation des élections des Gouverneurs des provinces dans 14 des 26 provinces du pays, dont le Maniema.

En effet, un activiste des droits de l'homme et Coordonnateur national de la Ligue des jeunes de défense des droits de l'homme(LJDH), Fabrice Pinganayi a initié sur les réseaux sociaux une campagne dénommée "Oui à la candidature d'un non député au poste du Gouverneur", campagne qui connait l'adhésion d'une frange de la population.

Selon son initiateur, "la campagne élection sans député vise à barrer la route aux ambitieux députés qui veulent venir piller la province pour préparer leurs campagnes de 2023".

À lui d'ajouter que sa campagne vise aussi "à pousser la population à s'approprier le combat pour dire non aux ennemis de la province de prendre encore la commande de la gestion de la chose publique après l'avoir déstabilisé pendant un certain moment avec des motions sans fondement juste pour de règlements des comptes".

S'agissant des accusations de sa manipulation par d'autres prétendants au poste, Fabrice Pinganayi les rejette en bloc.

"Je ne suis manipulé par personne, j’exprime le vœu de voir une autre figure comme candidat à la tête de la province, que ceux-là qui ont pillé les ressources de la province pour s’enrichir illégalement", réagit-il.

Mais pour un autre groupe d'activistes des droits humains et membres du cadre de concertation des droits humains, cette démarche est une œuvre de la manipulation et de la corruption

"Nous, activistes des droits humains et membres du cadre de concertation des droits des DDH, tenons à éclairer l'opinion tant nationale que provinciale, que ces genres de déclarations n'ont rien des droits humains, mais plutôt l'œuvre de la manipulation et de la corruption de l'auteur par certains prétendants candidats qui ont peur d'affronter les autres", a déclaré au nom de ces activistes des droits humains, Pombo Owana, leur porte-parole, avant de poursuivre :

"Et pourtant, les droits civils et politiques font partis des droits fondamentaux garantis par les instruments juridiques internationaux et par la constitution".

À eux de chuter : " Discriminer les honorables députés nationaux et provinciaux, qui du reste sont des élus du peuple, viole délibérément et intentionnellement les droits humains dont nous prétendons défendre".

Pour rappel, le Maniema est sans un Gouverneur élu depuis le 28 mai dernier, le Gouverneur et son adjoint ayant été déchu par l'Assemblée provinciale. Depuis lors, le Ministre provincial de l'Intérieur, Afani Idrissa Mangala fait office du Gouverneur intérimaire.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *