Maniema : 9 ministres provinciaux contestent leur limogeage du Gouvernement

Les ministres provinciaux écartés du nouveau gouvernement provincial du Maniema nommé le 24 décembre dernier par le gouverneur intérimaire Jean-Pierre Amadi Lubenga, n'ont pas tardé de réagir à leur remplacement.

Dans une déclaration politique lue devant la presse de Kindu ce samedi 26 décembre, ces membres du gouvernement sortant, 9 au total, rejettent l'arrêté du vice-gouverneur, en le qualifiant d'illégal.

"Nous, membres du gouvernement provincial du Maniema, sommes désagrément surpris, d'apprendre par la voie des ondes, la publication d'un arrêté du 24 décembre 2020 pris par le vice-gouverneur du Maniema, portant nomination des Ministres Provinciaux. Nous faisons savoir à tous les responsables publics, et à l'ensemble de la population du Maniema, que cet arrêté est l'expression la plus manifeste de l'illégalité pour des raisons ci-après :

1° tant que vice-gouverneur assumant l'intérim du gouverneur de province, l'article 11 aliéna 3 de l'arrêté provincial n° 13/025/CAB du 27 octobre 2013 portant organisation et fonctionnement du gouvernement provincial du Maniema, lui interdit formellement d'exercer les prérogatives relatives des actes de nominations, d'affectations et de révocations, de nouveaux engagements au nom de la province ainsi que la promulgation des édits sauf délégation expresse du gouverneur de province…", a déclaré devant la presse, Sherry Kimbwassa Roger, ministre provincial sortant, de l'Intérieur, Décentralisation, Ordre Public et Relations avec les Institutions et Partis politiques.

Pour eux, la déchéance par l'Assemblée provinciale du Maniema d'Auguy Musafiri Nkola Mioma au poste de gouverneur de province n'est pas à ce jour acquise de manière définitive, parce qu'aucun acte n'a jusque-là été pris par les instances nationales, constatant cet état de choses, mais aussi en raison de la saisine de la cour constitutionnelle par le gouverneur déchu.

C'est ainsi qu'ils disent considérer l'arrêté indexé comme étant inexistant, qu'il ne leur concerne pas, et ils invitent enfin le vice-gouverneur à le rapporter.

"Au regard de ce qui précède, nous considérons que l'initiative sus décriée est totalement illégale et assimilable à un ordre illégal. En conséquence, nous considérons cet arrêté inexistant, et déclarons qu'il ne nous concerne nullement. Nous invitons le vice-gouverneur à revenir à la raison, en rapportant purement et simplement son acte, du reste nul et de nul effet", ont-ils martelé.

Rappelons que le vice-gouverneur et gouverneur intérimaire du Maniema Jean-Pierre Amadi Lubenga a procédé le jeudi 24 décembre dernier par arrêté, à la nomination des membres d'un nouveau gouvernement provincial. Au terme de cet arrêté, 9 des 10 ministres provinciaux du dernier gouvernement Musafiri ont perdu leurs postes.

Cependant, cet arrêté est au cœur d'une vive polémique dans la classe politique et sociale du Maniema. Les uns évoquent la notion d'intérim, et estiment que le vice-gouverneur ne devrait pas en tant que gouverneur intérimaire, prendre des grandes décisions comme celle nommant un nouveau gouvernement provincial, car étant en train d'expédier les affaires courantes.

En revanche, d'autres observateurs pensent qu'en nommant les ministres provinciaux, le gouverneur intérimaire n'a violé aucune loi du pays. Parceque selon ces derniers, la constitution de la République Démocratique du Congo, mais aussi la loi portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces, ne fixent aucune limite des compétences d'un intérimaire.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu