Lubumbashi : les enseignants du secteur privé ont manifesté

Marche des enseignants à Lubumbashi

Une trentaine d’enseignants du secteur privé ont manifesté devant le bâtiment du 30 Juin , siège de l’Assemblée provinciale du Haut-Katanga. Les chevaliers de la craie réclament la reprise des cours et leur prise en charge par l’État congolais.

Les manifestants brandissaient des pancartes sur lesquels ils exigent la subvention des écoles privées pour assurer la survie des professionnels de la craie.

Nous enseignants du secteur privé, nous avons enduré 7 mois sans travailler. Nos femmes nous ont quitté, nos enfants sont morts, beaucoup de choses se sont passé. Et on a repris le service il y a deux mois, Et voilà qu’on nous reconfine. Est-ce qu’on se demande comment les enseignants vivent avec tous leurs dépendants?” s’est interrogé un enseignant.

Les professionnels de la craie disent redouter une autre maladie plus grave que le Coronavirus.

Bien sûr qu’on parle de Covid-19. Mais il y a des enseignants qui passent 6 jours sans manger, il peut facilement mourir alors que la personne qui souffre de covid peur être traité.” a poursuivi le même enseignant qui a requis l’anonymat.

En dépit de ces efforts , les enseignants n’ont pas été reçus par le bureau de l’Assemblée provinciale . Ils se sont consolés de la réception de leur lettre par un agent du bâtiment du 30 Juin.

Les enseignants du secteur privés n’ont aucune subvention. Certains s’étaient lancé dans la fabrication des briques ou les taxis-motos. Devenus la risée de la société, certains chevaliers de la craie avaient été deguerpis de leur loyer faute de paiement. La crainte de revivre la même situation est réelle dans un pays où l’État ne fait guère cas des écoles privées sinon, la perceptions des taxes.

Chris Lumbu.