Lubumbashi : Le gouvernement provincial achemine 140 enfants de la rue au centre Lukuni

Jacques Kyabula gouverneur du Haut-Katanga assistant à la distribution de la nourriture aux enfants de la rue/ photo d’est tiers

Le gouvernement provincial du Haut Katanga accélère le processus de réintégration des enfants en rupture familiale dans la ville de Lubumbashi. Ce mercredi environ 140 enfants ont été conduits au centre Lukuni située dans la trentaine de Kilomètres de Lubumbashi.

Le gouverneur de province s’est déplacé en personne pour assister et surtout rassurer ces enfants dont la rue s’était déjà transformée en toit pour eux. Jacques Kyabula a exprimé sa sollicitude envers les enfants en rupture familiale

« Je reconnais certains d’entre vous, je vous voyais traîner sur les routes et ça me peinait en tant que parent ayant mes propres enfants à l’abri à la maison alors que vous dormiez à la belle étoile » a expliqué le gouverneur qui promet un nouveau qui commence pou eux

« Aujourd’hui vous êtes ici où vous aurez un toit sur la tête, à manger et vous apprendrez un métier; c’est le devoir de l’Etat, que nous sommes, de vous prendre en charge.

Selon le service de communication du gouverneur Jacques Kyabula Katwe, les 140 enfants font partie de la première vague. La deuxième est attendue dans les prochaines vingt-quatre heures. Le gouvernement provincial compte ramener les 500 enfants sans abris dans des centres d’encadrement.

Selon l’ONG Galaxy qui a recensé les enfants de la rue, appelés communément shegué, la ville de Lubumbashi enregistre environ 2500 enfants de la rue. Un chiffre qui a sensiblement augmenté par rapport à l’année dernière où ils étaient à 1951 selon la même organisation.

Leur condition de vie devient inquiétante. Les grands garçons ainsi que les petits sont devenus une menace aux heures vespérales en s’attaquant aux passants. L’administrateur du marché Zambia expliqué que dans ce lieux de négoce, les enfants en rupture familiale ravissent les sacs des femmes pendant la journée

Les filles, mineures pour la majorité, sont poussées à la prostitution. Elles sont de plus en plus visibles sur l’axe « Allilac » et au centre-ville. Une dizaine à déjà contracté une grossesse tout en étant mineure.

Intervenant sur l’ampleur de ce phénomène, un des encadreurs des enfants en rupture familiale au centre Lukuni a proposé une table ronde entre les gouverneurs issus des provinces du Katanga démembrés et ceux de l’espace kasaï car la plupart des phraseurs proviennent du centre du pays. Il craint que l’effort du gouvernement provincial ne puisse créer une hémorragie qui occasionnera une venue massive de ces enfants.

Chris Lumbu