Lubumbashi : des points d’interrogation sur l’évasion des détenus du cachot de l’ANR

Bâtiment de l'ANR à Kinshasa

Ecouter cette information

« Il y a à boire et à manger dans cette histoire d’évasion et ce communiqué dont la date pose problème » explique un défenseur des droits de l’homme au communiqué de la recherche « des criminels évadés » du cachot préventif de l’Agence Nationale des Renseignements.

Le communiqué du service d’intelligence a suscité une salve des réactions à Lubumbashi sur les contours de ce scénario que certains qualifie de « ANRbreak » allusion à la série hollywoodienne Prison break.

L’Agence Nationale de Renseignements(ANR) a élargi le périmètre dans la recherche des détenus qui se sont évadés de la détention préventive dans les locaux de ce service stratégique.

Les 11 personnes vivement recherchées font partie d’un groupe des présumés criminels très recherchés. Avec leur tête de liste Kabengele alias Champion, ce groupe a été présenté à la presse et au gouverneur comme un des gangs les plus actifs dans la criminalité dans la ville de Lubumbashi.

Le gouverneur Jacques Kyabula avait en son temps demandé à la justice de faire son travail. Mais la nouvelle de l’évasion de ces 11 personnes venues d’une autre province soulève beaucoup de questions.

« Quelle urgence, les bandits étaient présentés devant la presse. Pourquoi les garder à l’ANR? Après audition sur PV, il fallait les déférer selon leurs moyens d’opération soit à l’auditorat militaire soit au parquet. Et donc, AG de l’ANR nous doit des explications quant à ce. » a réagit Un défenseurs de droit de l’homme au communiqué de l’ANR.

Lors de leurs évasions spectaculaires, la bande à Kabengele a tué un agent de garde par étranglement. La nouvelle de cette fuite nourrit la psychose dans la ville.

La Rédaction