Lubumbashi : des jeunes proches de l'UDPS ont mis à sac le siège de Baluba kat

Affrontements entre motocylistes et jeunes du Pprd ce mercredi 8 juillet 2020 à Lubumbashi. Image Enet/Chris L.

La ville de Lubumbashi a vécu une journée de violence ce mardi. Des jeunes, se réclamant de l'Udps, ont attaqué et mis à sac le siège de l'association socioculturelle Buluba I Bukata, au centre-ville. Buluba I Bukata est le mouvement association qui réunit les baluba du Katanga.

Jusque-là, la cause de ces attaques de vandalisme n'est pas très identifiée. Mais certains manifestants disent que ces manifestations font suite au « discours tribaliste » tenu par le pasteur Ngoy Mulunda, le samedi 16 janvier à l’occasion de la messe de commémoration de la mort de l'ancien président Laurent-Désiré Kabila

Rien n'a été épargné au siège des balubakat. Tous les documents administratifs ont été pillés ainsi que les autres instruments de bureau. Même les vitres de ce bâtiment encore en chantier n'ont pas été épargnées.

Appel à la retenue

Ghislain Lubaba Buluma maire de la ville de Lubumbashi invite toutes les parties à la retenue. Dans un message diffusé sur la télévision d'État, il a condamné ces attaques

" Il est vrai qu'il y a des jeunes non autrement identifiés qui ont saccagé le bâtiment de sakwa des balubakat. Je voudrais que les jeunes se calment. Il y a la police et la justice qui est en train de faire des enquêtes… La ville de Lubumbashi est une ville de la paix qui garde son hospitalité légendaire. Nous sommes au début de l'année, nous voudrions que cette année se termine comme elle a commencé. Je voudrai demander aux jeunes de privilégier l'intérêt général" a dit le maire.

Contacté par election-net.com, un notable de Buluba I Bukata promet que cette " provocation recevra une réponse à la hauteur de la témérité de ces auteurs" a dit le notable qui a requis l'anonymat.

La tension est restée très vive au centre-ville ville. Plusieurs commerces ont fermé par crainte de dommages collatéraux suite aux jets de pierres.

Depuis la fin de la coalition FCC -Cache comme d'ailleurs le début du mandat de Félix Tshisekedi, les tensions inter communautaires ont été ravivées dans la ville de Lubumbashi.

Chris Lumbu