Lubumbashi : 2 millions USD, tel est le montant fixé pour la pose des buses sur quelques 12 mètres seulement sur la route Kipushi

La société civile invite le gouvernement provincial à la transparence et à la rationalité sur les coûts des travaux de réhabilitation de la partie de la Route Kipushi coupée en deux depuis trois semaines.

Les autorités provinciales ont lancé les travaux de pose des buses au creux du ravin qui a littéralement coupé cette route provinciale en deux. Ce qui est contraire à la promesse de Jacques Kyabula à la population riveraines. Le pont promis n’a jamais vu le jour.

Des sources proches du dossiers ont révélé que la province à fixé à 2 millions de dollars américains le coût total de ces travaux de pose des buses, uniquement sur les quelques 12 mètres de la route.

Cet argent est versé par l’entreprise minière SOMIKA et la commune annexe sur les 15 % de la redevance minière versée à la commune annexe par l’entreprise de l’Indien Chetan accusée d’être responsable du ramollissement du sol ayant débouché sur la coupure de la route.

Le gouvernement provincial, via le ministère des infrastructures, a déjà perçu un acompte de 700 mille dollars, il y a deux semaines et met la pression sur la commune pour ponctionner 1 millions sur les frais de son cahier de charge signé avec Somika.

Cette procédure se présente comme un manque de transparence et une ruse savamment orchestrés par le gouvernement provincial du Haut-Katanga qui épargne ses 25% de la redevance minière perçu et ne veut nullement pas toucher à la taxe voirie et sur le concentré que paie les miniers et veut asphyxier la commune dont la présence n’apparaît nullement sur le panneau.

La Rédaction