Lomami: L'UDPS met en garde la NOGEC

Constant Mutamba, président du NOGEC. ENET/Joel Mesa

L'Union pour la Démocratie et le Progrès Sociale (UDPS), section Lomami 1 est sortie du silence après la journée ville morte qui a paralysé les activités lundi
19 octobre 2020 sur ordre de la NOGEC.

Dans une mise au point rendue publique mardi 20 octobre à Kabinda dont une copie est parvenue à election-net.com, l'UDPS Lomami 1 par le biais de son président fédéral, Placide Ngoyi Kiluwe s’insurge contre les propos d’incitation à la haine tribale et troubles à l'ordre public organisé depuis le début de cette semaine à Lubao par le président national de la NOGEC, Mutamba Tungunga Constant.

L'UDPS appelle les organisateurs de cette journée suivie des actes de vandalisme sur le poste de péage de la DGRLO, Direction Générale des Recettes Lomami antenne de Lubao à présenter leurs excuses à la population et annuler le mot d’ordre de désobéissance civile telle que lancée par ce membre du FCC, Front Commun pour le Congo.

"L’UDPS Lomami1 exige en outre les excuses sincères de Me Mutamba Tungunga suite à ses propos incitatifs à la rébellion et troubles publics, incitation à la haine tribale et mépris des élus provinciaux et atteintes aux libertés de citoyen" lit-on dans ce document.

"Faute de quoi le parti présidentiel basé à Lomami se réserve le droit d’entreprendre des actions de grande envergure", poursuit le communiqué de l'UDPS.

Elle appelle en outre, la population à soutenir le chef de l’Etat dans toutes ses actions, car selon l'UDPS, la réhabilitation de la route axe Mbuji-Mayi-Kabinda-Lubao-Samba-Kalemie à problèmes est déjà programmée.

Il sied de rappeler que la NOGEC avait appelé la population à des actions de rue pour dénoncer le sous-développement de la province de Lomami aujourd'hui oubliée par le gouvernement central.

Jean-Paul Tshimanga