Lomami : La FEC dénonce la multiplicité des barrières sur différents tronçons routiers

Une barrière érigée à l'entrée Nord de la ville de Butembo/ Photo de tiers

La fédération des entreprises du Congo (FEC)/Kabinda, province de Lomami, se dit consternée du fait que 4 ans après la création des postes de péage dans la province conformément à l’édit provincial de décembre 2016, mais, qui n'arrivent pas à répondre à l’objectif pour lequel ils ont été créés.

De surcroit, les opérateurs économiques réunis au sein de cette entreprise et qui ont été le vendredi 15 janvier à l’Assemblée provinciale, au gouvernorat, à l’Hôtel du gouvernement de Lomami et à l’évêché du diocèse de Kabinda, constatent avec amertume l’augmentation de nombres des postes de péage sans tenir compte des principes préétablis.

Selon Jean-Marie Kikangala Kibambe, président FEC/Kabinda, le cas légion est celui du territoire de Kabinda où sont institués 9 postes des péages au total voir même le long des routes nationales.

"Les routes provinciales ainsi que les routes de desserte agricole qui demeurent à la responsabilité du gouvernement provincial n’ont jamais connu le début d’un entretien ni réhabilitation au contraire, le pont Lukashiyi sur l’axe Tshimpampa, le pont Luanyi sur l’axe Mani Ngievu Lulu, dégradés bientôt plus deux ans pas même un semblant de leur réhabilitation, le tronçon Kabinda-Kabonde demeure toujours un casse-tête", regrette la FEC.

En outre, ces opérateurs économiques menacent des actions de grande envergure au cas où les routes d’intérêt provincial ne sont pas réhabilitées par l’exécutif.

Rappelons que la création des péages dans la Lomami été dans le but de contribuer tant soit peu à la réhabilitation des routes nationales en état de délabrement très avancé à partir des fonds qui proviennent des usagers des routes.

Jean-Paul Tshimanga depuis Mwene-Ditu