Libération des DG de l’OVD et SOCOC: Au Maniema, la société civile craint “la recrudescence des détournements”

Procès 100 jours, Ph, Tiers.

La libération le 08 janvier dernier de suite de la grâce présidentielle, de Benjamin Wenga et Modeste Makabuza, respectivement directeurs généraux de l’Office de Voirie et Drainage, OVD, et la Société Congolaise de Construction, SOCOC, continue à défrayer la chronique en République Démocratique du Congo.

À Kinshasa la capitale du pays, comme dans les provinces, les réactions fusent de partout.

C’est à l’occurrence de la Nouvelle Société Civile Congolaise, coordination provinciale du Maniema, qui dans une interview accordée à la presse de Kindu ce mercredi 13 janvier, a fait entendre sa voix à ce sujet.

Cette structure citoyenne se joint ainsi à sa coordination nationale et à d’autres organisations de la société civile pour exiger le retour en prison des précités, mais aussi, l’ouverture des enquêtes contre toutes les personnes impliquées dans la mise en œuvre de l’ordonnance portant mesure de grâce présidentielle, du 30 décembre dernier.

(…) Aussi longtemps que ce ministère(ministère de la Justice) est dans une situation litigieuse, nous risquons de vivre une situation chaotique dans toute la République Démocratique du Congo. Parceque ce ministère est en train de gérer tous les ministères publics, donc tous les magistrats débout. Et si cela ne se fait pas de la manière la plus correcte, ça serait l’hécatombe dans la République Démocratique du Congo. Et au Maniema, nous ne voulons pas vivre la même situation, parceque nous risquons de voir les détourneurs en train de marcher, les voleurs des poules dans la prison. Ce sont des choses qui sont inacceptables à la Nouvelle Société Civile Congolaise“, a déclaré à la presse Mukubwa Kastaime Mputu, coordonnateur provincial de la Nouvelle Société Civile Congolaise.

En outre, il craint que leur libération ne vienne faciliter une culture de détournement dans le chef des dirigeants à différents niveaux.

Nous craignons une chose, la recrudescence de détournement des deniers publics par d’autres personnes. Ils vont continuer à détourner“, a-t-il poursuivi.

Si leur demande de faire retourner ces deux graciés dans la prison n’obtenait pas une suite favorable, Mukubwa Kastaime Mputu envisage des actions de terrain.

“Nous allons mener des actions des terrains, exemple les marches même si vous ne voulez pas cela. Nous allons marcher pour réclamer cela”, a-t-il chuté.

Kilikumbi Lusumbasumba Isaac depuis Kindu