Libération de Vital Kamerhe : enfin l'UDPS se prononce

Le président Félix Tshisekedi et son dircab Vital Kamerhe. Ph. Tiers

Pour la dernière matinée politique de l’année tenue ce mercredi 22 décembre 2021 au siège du parti, le secrétaire général de l’UDPS Augustin Kabuya a apporté la lumière sur la liberté provisoire de Vital Kamerhe. Pour lui, le Président de la République tout comme le parti n’est pas impliqué dans cette décision.

« Certains se sont faits des juges et magistrats de circonstance. Ils ont dit qu’il était le prisonnier politique de Félix Tshisekedi, alors que nous avions répliqué que c’est la justice qui lui avait arrêté », a-t-il lâché d’entrée le secrétaire général de l’UDPS.

« Comment expliquer que cette même justice là à laquelle nous nous référons, lui libère et certains disent que Félix nous a déçu. En quoi vous a-t-il déçu ? Vous, a-t-on dit que le Président de la République est Président de la cour de cassation ? Vous, a-t-on dit que la personne qui a déposé la plainte contre Vital Kamerhe s’appelle Félix Tshisekedi ? », s’est interrogé le SG du parti au pouvoir.

Pour Augustin Kabuya, « nous n’avons vu aucune implication du Chef de l’Etat là-dedans » a-t-il souligné.

En lieu et place de brûler les pneus, A. Kabuya les appelle à aller « se renseigner à la cour de cassation qui a rendu ce verdict pour connaître la vraie version de la libération du Président national de l’UNC ». « L’UDPS n’est pas impliquée dans sa libération (…) il n’y a pas de cours de cassation qui se nomme Augustin Kabuya », a-t-il conclu à ce sujet.

Condamné à 20 ans de prison pour détournement des deniers publics et corruption dans le projet des maisons préfabriquées dans le procès du programme de 100 jours du Chef de l’État. Deux ans après son incarcération, Vital Kamerhe a bénéficié d’une liberté provisoire par la cour de cassation.

Theo Liko

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *