La Tanzanie expulse près de 10 000 réfugiés Mozambicains

Quelques réfugiés du Mozambique. Ph. Tiers

La Tanzanie est confrontée à un afflux de migrants mozambicains fuyant l'avancée des insurgés islamistes dans leur pays.

Près de 10 000 Mozambicains ont été expulsés de force de Tanzanie à ce jour après avoir fui une insurrection islamiste meurtrière dans leur pays, a déclaré à la presse vendredi un porte-parole de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

La province la plus septentrionale du Mozambique, Cabo Delgado, fait l'objet d'une insurrection liée à l'État islamique depuis octobre 2017, mais le conflit a commencé à s'accélérer l'année dernière, des militants s'emparant et tenant régulièrement des villes clés.

De nombreuses personnes se sont dirigées vers le nord jusqu'à la frontière tanzanienne, mais ont été rejetées ou ont été admises puis renvoyées via une frontière différente.

Le porte-parole du HCR, Babar Baloch, a déclaré vendredi que 9 600 personnes avaient été expulsées de force de Tanzanie depuis janvier. "Ceux qui sont refoulés de Tanzanie se retrouvent dans une situation désastreuse à la frontière et sont exposés à la violence sexiste et à des risques pour la santé, car beaucoup dorment à la belle étoile dans un froid extrême sans couverture ni toit au-dessus de la tête", a déclaré Baloch lors d'un point de presse à Genève.

Les autorités tanzaniennes n'ont pas voulu réagir. Les hauts responsables du ministère de l'Intérieur n'ont répondu aux appels et aux messages de Reuters.

D'après le HCR, les rapatriés avaient déclaré avoir été séparés de leurs familles, détenus et interrogés avant d'être renvoyés au Mozambique, bien qu'ils souhaitaient rester en Tanzanie pour des raisons de sécurité.

Avec Reuters .