Kisangani: le maire de la ville est-il suspendu ?

C'est depuis l'avant-midi de ce vendredi 17 septembre 2021 qu'un document largement partagé sur la toile boyomaise fait mention de la suspension préventive du maire de la ville de Kisangani par le gouverneur intérimaire, Maurice Abibu Sakapela.

Dans ce "prétendu" arrêté , il est reproché au maire de la ville de Kisangani, Jean-Louis Alasso, "l'insubordination ainsi que les détournements à grande échelle des fonds générés au niveau de marché central".

Une situation qui n'a laissé indifférent l'autorité provinciale qui n'a pas tardé à réagir. Dans une mise point faite à chaud, l'assistant en communication et porte-parole du gouverneur, Grégoire Ngubu, rejete totalement le contenu de cet arrêté en précisant que c'est un "faux".

L'assistant en communication du gouverneur intérimaire et son porte-parole, dénonce l'existence d'un réseau mafieux et d'une officine de nuisance qui opère dans la ville de Kisangani en produisant des "faux" documents et en les diffusants sur les réseaux sociaux à l'aide des comptes dit "avatars" pour ternir l'image de Maurice Abibu Sakapela et surtout que les élections des futurs locataires du gouvernorat pointent à l'horizon.

"Dans cet arrêté on ne reprend même pas l'ordonnance nommant le maire et le vice maire, là c'est encore une fausseté. En clair, cet arrêté n'existe pas au niveau du gouvernorat. Le gouverneur de province ad intérim, Maurice Abibu Sakapela n'a pas signé un arrêté le 15 septembre 2021 comme repris sur ce "faux" arrêté. Encore que la date est falsifiée et donc c'est un faux en majuscule", martèle Grégoire Ngubu Ngubu.

Signalons que c'est un deuxième "faux" document attribué au gouverneur intérimaire depuis sa prise des fonctions. La première faisait état de la suspension du conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, Bruno Likombe.

Signalons qu'il existe une crise lentete au sein de la mairie de Kisangani. Dans un procès de désertion signé par le maire de la ville de Kisangani, Jean-Louis Alasso constate la "désertion" du vice maire. Une situation qui suscite la réaction directe du ministre provincial de l'intérieur ad intérim qui a précisé que le maire de la ville qui a été nommé au même titre que son vice ne peut constater la désertion.

Pompon BEYOKOBANA, à Kisangani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *