Kisangani : La marche “pacifique” des étudiants interdite

Mairie de la ville de Kisangani © Pompon BEYOKOBANA/Enet

Le maire de la ville de Kisangani vient d’interdire la tenue de la marche “pacifique” de la coordination des étudiants des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de Kisangani.

Invité ce jeudi 14 janvier 2021 dans le journal parlé à la RTNC/Kisangani, Jean-Louis Alasso motive sa décision par la mise en application des mesures édictées par le Président de la République Félix Tshisekedi pour faire face à la deuxième vague de contamination à la Covid-19.

“J’ai reçu les correspondances de la représentation des étudiants de la Tshopo et la coordination des étudiants de l’université de Kisangani. Mais étant donné que les instructions du chef de l’État ont force de loi, les mesures annoncées pour barrer la route à la deuxième vague de la covid-19 doivent être scrupuleusement respectées. C’est pourquoi la marche est interdite”, déclare le maire de la ville de Kisangani, Jean-Louis Alasso à la radio nationale

Tout en invitant les parents à garder leurs enfants à la maison, le maire de la ville de Kisangani demande aux coordinations des étudiants de se constituer en groupe pour venir le rencontrer. Il indique qu’il va les accompagner devant l’autorité provinciale pour le dépôt de leur mémo.

Pour rappel, dans une lettre d’information adressée au maire de la ville de Kisangani, les coordinations des étudiants des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de Kisangani lui avaient tenues informé de la tenue de deux jours de marche pacifique soit du jeudi 14 au vendredi 15 janvier 2021 afin d’exiger la reprise des activités académiques suspendue sur ordre du Chef de l’État.

Pompon BEYOKOBANA, à Kisangani